Le gouvernement enquête sur une manif fabriquée en présence du roi

5437685854_d630fceaff_b-
1074
Partager :

L’affaire « Akhannouch dégage » n’est pas prêt de s’arrêter là. Après la riposte du RNI qui a exprimé son mécontentement à travers un communiqué, le gouvernement a décidé d’ouvrir une enquête pour tirer cette histoire au clair

Suite l’incident qui s’est produit la semaine dernière à Tanger alors que des individus ont  lancé « Akhannouch dégage » pendant que le roi inaugurait de nouveaux ports de pêche et de plaisance, le RNI réagit enfin.

Le RNI s’exprime au parlement…

Mustapha Baitas, parlementaire du RNI a interpelé le ministre de la justice concernant ce qu’on appelle « la manifestation fabriquée » en déclarant que « ce qui est arrivé est effrayant et dangereux » avant d’ajouter qu’ « un groupe de personnes qui se comptent sur le bout des doigts cherche à créer la confusion et la discorde au Maroc ».

Le parlementaire a également indiqué : « viser l’institution royale au cours d’une activité officielle est dangereux. Nous nous sentons directement concernés ». 

Aussi, Baitas a-t-il demandé au gouvernement de prendre des dispositions légales suite à cette « manifestation fabriquée ». D’ailleurs, le gouvernement a décidé d’ouvrir une enquête pour éclaircir cette affaire. Mohamed Aujjar, ministre de la justice a, en effet, affirmé que « ce qui s’est passé est inacceptable. Le gouvernement, via ses appareils compétents, ouvrira les enquêtes nécessaires et la loi sera appliquée ».

…Et par voie de communiqué

De son côté, le RNI a riposté à travers un communiqué publié dans la nuit de ce lundi 11 juin dans lequel il souligne : «  suite aux comportements douteux enregistrés à Tanger, concernant la mobilisation de quelques personnes dans une tentative désespérée de faire croire à une forme de protestation, le RNI condamne cette pratique étrangère aux mœurs et valeurs politiques en vigueur dans le pays, une pratique irresponsable et inadmissible qui vise en réalité à impliquer l’institution royale dans des conflits politiciens écœurants ».

Le RNI a également tenu à rappeler à l’opinion publique son attachement à l’institution royale et son refus de la voir impliquée dans des conflits politiques, des luttes partisanes et des calculs politiciens, sa fierté face à la mobilisation des bases et de l’encadrement du parti, dans le soutien apporté à leur direction et la poursuite de leurs efforts dans le travail de terrain, quotidien, et dans leurs relations avec la population pour faire aboutir la « voie de la confiance » et enfin sa détermination à ne pas laisser ces manœuvres entraver sa volonté de continuer de l’avant au service des citoyens.

En attendant que l’enquête aboutisse et que cette histoire soit tirée au clair, les soupçons sont tournés vers Ilyas El Omari que tout accuse d’être l’instigateur de « cette fausse manifestation ».