Le Maroc en tête de la liste noire dressée par l’Algérie contre certains journalistes arabes

5437685854_d630fceaff_b-
117246
Partager :

D’après plusieurs médias maghrébins, les autorités algériennes seraient en train de préparer une liste de journalistes arabes considérés comme « personae non grata » en Algérie. Les journalistes marocains seraient en tête de liste.  

Selon « Kapitalis », site d’information tunisien, l’Algérie va interdire l’entrée de beaucoup de journalistes marocains, dans son territoire, sous prétexte que ceux-ci « participent à une campagne de propagande contre l’Algérie ». En plus des journalistes marocains, la liste comprend d'autres pays, à savoir l'Egypte et les pays du Golfe.

Les journalistes arabes célèbres sont également concernés. La «liste noire» algérienne comprend le présentateur de télévision syrien d’Al Jazeera, Faisal Al Kassim, la star de la télévision égyptienne, Amr Adib et l'écrivain saoudien Saleh Al Fahid. Ces journalistes ont été ciblés soit pour leurs critiques passées ou présentes, soit pour les attaques contre les autorités algériennes et contre le président Abdelaziz Bouteflika.

Quant à Al Kassim, il est "persona non grata" en Algérie depuis 2004 alors qu’il avait parlé du rôle des généraux dans les massacres qui ont eu lieu en Algérie pendant les années 1990. S’il est de nouveau ciblé par l’Algérie c’est parce qu’il aurait récemment déclaré que des réfugiés syriens étaient expulsés par les autorités algériennes vers le Maroc.

Par ailleurs, il aurait ensuite posté un démenti sur Twitter portant sur la responsabilité algérienne quant à ces expulsions. Mais, il a aussi indiqué que le gouvernement algérien soutient le régime de Bachar Al Assad avec l'aide pétrolière et militaire.

Al Kassim ainsi qu’Al Fahid sont également ciblés pour s’être moqués du président Bouteflika.

Des journalistes algériens qui vivent à l'étranger et qui expriment régulièrement leur opposition au régime font aussi partie de « cette liste noire ».