Le Maroc engagé dans la lutte pour le désarmement

5437685854_d630fceaff_b-
344
Partager :

L’ambassadeur représentant permanent du Maroc à Genève, Mohamed Aujjar, a souligné ce mardi 14 février, l’engagement du royaume à contribuer à tout effort visant la construction d’un consensus international sur les questions du désarmement.

Au cours du débat général de la Conférence du Désarmement (CD), une instance de l'ONU, Mohamed Aujjar a réaffirmé le soutien du Maroc au projet de décision relatif à la création d’un groupe de travail afin de progresser vers des compromis en la matière. « Nous considérons que cette initiative constituerait une opportunité pour reprendre les travaux de substance et faire sortir les instances du désarmement de leur enlisement actuel », a-t-il dit.

Le Maroc, a relevé l'ambassadeur, « demeure convaincu que les armes nucléaires et toutes les armes de destruction massive ne constituent pas une garantie de sécurité ni de stabilité effective sur les plans régional et international ». « La prolifération du terrorisme et la menace découlant des armes de destruction massive sont des facteurs qui nous incitent à redoubler d’efforts en vue de s’entendre sur les problématiques relatives à la non-prolifération, au contrôle d’armes et à l’agenda de désarmement », a-t-il affirmé.

De même, il a également souligné la nécessité pour l'instance onusienne d’adopter une approche intégrée et pragmatique lui permettant d’accomplir la mission qui lui a été assignée, comme organe multilatéral unique de négociation des instruments multilatéraux de désarmement.

La proposition et l’adoption d’un programme de travail équilibré, a-t-il fait observer, « est la clé de voûte pour permettre d’aller de l’avant et permettre à la CD de jouer pleinement son rôle en tant qu'unique forum de négociation ». Il a, par la même occasion, indiqué que le royaume accorde une importance particulière à l'échange d'informations et d'expériences, ainsi qu'au renforcement de la coopération internationale et régionale dans le domaine de la sécurité nucléaire et de la lutte contre le trafic illicite des matières biologiques, radioactives et nucléaires.

Créée en 1979, la CD se penche sur toutes les questions en lien avec la limitation des armements et de prévention de la course à l'armement. Sa mission s'articule autour de la négociation d'arrangements internationaux en matière de désarmement nucléaire, d'interdiction des matières fissiles, de garantie d'assurances négatives et de prévention de la course aux armements dans l'espace. Depuis près de 20 ans, les Etats membres de la conférence se montrent incapables de s'accorder sur un programme de travail commun en raison de profondes divergences sur les approches et les priorités sur les questions précitées.