Le Maroc participe au 36e Conseil des ministres arabes de l'Intérieur

5437685854_d630fceaff_b-
439
Partager :

Les travaux de la 36ème session du Conseil des ministres arabes de l'Intérieur se sont ouverts, dimanche 3 mars, à Tunis, avec la participation du Maroc.

Cette session deux jours à laquelle le Maroc est représenté par une forte délégation conduite par le ministre de l'Intérieur, Abdelouafi Laftit, portera sur un grand nombre de questions, notamment le projet du plan provisoire pour la stratégie arabe de lutte contre l'usage illicite de stupéfiants et de substances psychotropes et le projet du plan provisoire pour la stratégie arabe de lutte contre le terrorisme.

Les participants discuteront également des recommandations des conférences et réunions tenues au sein du secrétariat général sur l'ensemble de l'année 2018, des résultats des réunions conjointes tenues avec des organismes arabes et internationales, l'année dernière.

Parallèlement, le secrétariat général a annoncé que la réunion conjointe des Conseils des ministres arabes de l'Intérieur et de la Justice se tiendra lundi à Tunis en présence des ministres de l'Intérieur et de la Justice des pays arabes.

Selon le Secrétariat général du Conseil des ministres arabes de l'Intérieur, basé à Tunis, les travaux de cette session verra la participation des représentants d’organismes et de groupements régionaux et internationaux comme la Ligue des Etats arabes, le Conseil de coopération du Golfe et de l'Union du Maghreb arabe, ainsi l'Organisation internationale de police criminelle (Interpol), de l'Organisation internationale de la protection civile, de l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime.

Le conseil, dont la première session avait été tenue en 1982 à Casablanca, a pour mission de développer et consolider la coopération et la conjugaison des efforts entre les pays arabes en matière de sécurité intérieure et de lutte contre la criminalité.

Il s’emploie à tracer les grandes lignes d’une politique générale à même de promouvoir l’action commune arabe en matière de sécurité intérieure et à adopter le plan sécuritaire arabe commun pour mettre en exergue cette politique, à créer les instances et les corps nécessaires à la réalisation de ses objectifs, et l’installation des commissions spéciales qui font recours à des experts et consultants pour donner des propositions et recommandations inhérentes aux sujets traités.

Lutte contre le terrorisme : les ministres arabes de l'Intérieur adoptent un projet de plan provisoire

Ce Conseil des ministres arabes de l'Intérieur a adopté les projets des plans provisoires pour les stratégies arabes de lutte contre le terrorisme et l'usage illicite de stupéfiants et de substances psychotropes.

Le conseil a également adopté un plan provisoire relatif à la stratégie arabe de protection civile ainsi que les recommandations des conférences et réunions tenues par le Secrétariat général en 2018 et les résultats des réunions conjointes entre les organismes arabes et internationaux au cours de la même année, lit-on dans la Déclaration finale de cette rencontre à laquelle le Maroc était représenté par une importante délégation conduite par le ministre de l'Intérieur, M. Abdelouafi Laftit.

Le Conseil a également adopté le rapport spécial sur les travaux de l'Université arabe Naif pour les sciences de la sécurité, ainsi que le rapport relatif aux activités du Secrétariat général du Conseil.

Lors cette réunion, le ministre saoudien de l'Intérieur le Prince Abdelaziz Ibn Saoud Ben Naif Ben Abdeaziz Al Saoud a souligné que le terrorisme et l'extrémisme constituent une menace directe pour tout le monde en insistant sur l'impératif de s'efforcer sans relâche et d'intensifier la coordination pour faire face à ces dangers.

Le ministre saoudien, dont le pays assure la présidence de cette session, a appelé à œuvrer pour l'assèchement des sources de financement du terrorisme et de l'extrémisme, y compris la lutte contre le crime de blanchiment de capitaux, relevant que la lutte contre l'immigration clandestine, le crime organisé et transfrontalier, le trafic de drogue et les questions liées aux droits humains et la cybersécurité restent une priorité absolue pour le Conseil.

Dans ce sens, le ministre a indiqué que le développement des capacités techniques des ministères de l'Intérieur pour accompagner les derniers changements technologiques constitue une exigence impérieuse pour faciliter la coordination entre les différents organismes de sécurité en matière de lutte contre toute sorte de crime.

Pour sa part, le ministre tunisien de l'Intérieur, Hichem Fourati a noté que la région arabe est de plus en plus confrontée à de graves problèmes de sécurité, notamment le terrorisme, le crime organisé, la cybercriminalité, l'immigration illégale et la traite des êtres humains.

Ces dangers imposent une coordination accrue en vue de développer les mécanismes de travail et de relever les défis auxquels fait face la région, a-t-il ajouté.