Le ministre libyen de l'Intérieur salue le soutien du Maroc à la stabilité de son pays

5437685854_d630fceaff_b-
351
Partager :

Le ministre libyen de l'Intérieur, Fathi Bachagha, a salué, lundi 18 février à Rabat, le soutien constant du Maroc à la stabilité de son pays, affirmant que l'accord de Skhirat demeure le cadre idéal pour la réconciliation nationale.

Le Maroc a été toujours aux côtés des Libyens en toute neutralité et leur a accordé un grand soutien en abritant les discussions de Skhirat qui ont été couronnées par l'adoption de l'accord de Skhirat, qui se veut un "terrain idéal" de réconciliation, a indiqué M. Bachagha lors d'un point de presse à l'issue de ses entretiens avec le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita.

La résolution de la crise libyenne passe par la voie de réconciliation et non pas par les armes, a-t-il noté.

Il s'est félicité, à cette occasion, des efforts déployés par le Royaume, Roi et peuple, en appelant les pays frères et étrangers à présenter toute l'aide nécessaire à la Libye et à appuyer ce pays à travers l'intervention positive.

Ces entretiens ont porté essentiellement sur les questions sécuritaires et les moyens de réaliser la stabilité et d'éviter le chaos politique et militaire, outre la propagation du crime organisé, le terrorisme et l'émigration clandestine.

De son côté, M. Bourita a relevé que les discussions ont été l'occasion propice de réaffirmer le soutien de SM le Roi Mohammed VI aux efforts consentis pour restaurer la stabilité en Libye et confirmer que le Maroc reste toujours aux côtés des "frères libyen"s pour trouver une solution libyenne aux problèmes dont souffre la Libye, loin des interventions étrangères en se basant sur l'accord de Skhirat qui constitue l'unique cadre qui a fait l'unanimité entre les Libyens et pour gérer la période transitoire sur les plans institutionnel, politique et sécuritaire.

Le ministre a également mis en avant l'importance de l'approche sécuritaire dans le traitement de la question libyenne, ainsi que l'ensemble du processus politique dans ce pays maghrébin.

La Libye a besoin d'une stabilité sécuritaire et d'institutions sécuritaires fortes pour faire face à la propagation des groupes armés et terroristes dans certaines zones de ce pays, a-t-il ajouté.