Le Pape François au Maroc les 30 et 31 mars courant

5437685854_d630fceaff_b-
687
Partager :

Le Pape François est attendu au Maroc, les 30 et 31 mars courant au Maroc pour une visite historique.Ce déplacement est destiné à promouvoir le dialogue interreligieux, affermir les valeurs de paix et renforcer la relation entre le Maroc et le Vatican. 


La visite du Pape François au Maroc confirme la place dont jouit le Royaume en tant que terre d'ouverture et de tolérance et signifie que l’Islam est une religion de paix, a souligné l'ambassadeur du Maroc au Portugal, Othmane Bahnini.

Cette visite consiste à montrer au monde qu’il existe une compréhension mutuelle entre les fidèles des deux religions, sur la base de la promotion des valeurs de paix, de tolérance et du vivre ensemble, a indiqué M. Bahnini dans une interview diffusée par la radio portugaise "Renascença" (Renaissance). 

Il a, par ailleurs, souligné l'importance du dialogue inter-religieux qui constitue "un principe fondamental de notre religion", relevant que le dialogue a toujours été une constante dans l’approche du Royaume, car "nous sommes Sunnite, Malékite d’abord, mais également un peuple pluriel", dont l'unité, forgée par la convergence de ses composantes arabo-islamique, amazighe et saharo-hassanie, s'est nourrie et enrichie de ses affluents africain, andalou, hébraïque et méditerranéen. 

Il a aussi rappelé la première visite jamais effectuée par un Souverain marocain au Vatican, feu Hassan II en 1980 et celle du Pape Jean Paul II au Maroc en 1985, notant que cette tradition a été perpétuée par le Roi Mohammed VI quand le Souverain s’était rendu également au Vatican en 2000.

"Le Maroc a toujours été précurseur en matière de dialogue inter-religieux", a expliqué le diplomate, ajoutant que la conférence organisée à Marrakech en janvier 2016 sur le droit des minorités, en est le parfait exemple.

Pour ce qui est de la liberté religieuse, M. Bahnini a indiqué qu'elle est garantie par la Constitution marocaine, relevant que SM le Roi, en tant que Commandeur des Croyants, veille au respect de l’Islam et est le Garant du libre exercice des cultes.

Cette liberté, a-t-il dit, est exercée au quotidien au Maroc, car "les églises et les synagogues sont ouvertes aux diverses communautés pour l’exercice de leur culte".