Le PJD tiendra son 8ème congrès en décembre prochain

5437685854_d630fceaff_b-
502
Partager :

Le conseil national du Parti de la Justice et du Développement (PJD), a fixé, ce samedi 15 juillet à Rabat, à l'issue des travaux de sa session extraordinaire, la date du 8ème congrès national du parti aux 9 et 10 décembre prochains

Il a également été procédé, lors de cette session, à la présentation et à l'approbation de la procédure d'adhésion au congrès, indique un communiqué du conseil national du parti. 

Les participants à cette rencontre ont de même salué "le débat franc et l'esprit de responsabilité dont les membres du conseil ont fait preuve", soulignant l'importance de préserver la cohésion du parti afin qu'il puisse s'acquitter pleinement de son rôle au sein de la scène politique, tout en estimant que les institutions du parti constituent l'espace idéal pour évaluer son action, ses orientations et ses décisions.

Il a aussi appelé à la consolidation des efforts en vue de poursuivre les réformes politiques et socio-économiques et au renforcement de la communication avec les citoyens.

Evoquant les conséquences des manifestations que connait la province d'Al Hoceima depuis plus de huit mois, le conseil national du parti a souligné l'importance d'adopter une approche globale visant à remédier aux causes à l'origine de ce mouvement .

Les travaux de cette session extraordinaire ont été marqués par une allocution du président du conseil, Saâd Eddine El Othmani, dans laquelle il a souligné que cette rencontre se tient dans une conjoncture marquée par de grands enjeux politiques et organisationnels, surtout que le Parti se charge de la chose publique que ce soit au niveau du gouvernement ou à l'échelle de bon nombre de collectivités territoriales.

De son côté, le secrétaire général du PJD, Abdelilah Benkirane, a présenté un exposé dans lequel il est revenu sur diverses étapes franchies par le parti, tout en apportant son appui à exécutif.

Il a, également, évoqué une série de principes et de valeurs "que le parti se doit de préserver en vue de poursuivre les réformes engagées, à savoir le respect de la légitimité, la discipline dans le travail institutionnel et démocratique, l'indépendance de la décision partisane et la proximité du citoyen", entre autres.