Le populisme de Zyane face à la réalité comptable

5437685854_d630fceaff_b-
927
Partager :

L’OCP n’est qu’un exemple. Mais à coup de suspicion généralisée on sape la confiance en les institutions et donc dans le pays et son avenir. Le rôle de la presse ce n'est pas de relayer cette entreprise mais plutôt de vérifier à chaque fois

L'ancien ministre des droits de l'homme s’st fendu d'une déclaration sur L'OCP et le prétendu manque de transparence de l'usage de l'argent des phosphates. Pour ma part ce n'est pas la déclaration qui m'interpelle, vu que le Sieur Zyane est coutumier des outrances. Mais qu'aucun journaliste n'ait estimé nécessaire de rétablir des vérités qui sont sur la place publique m'étonne. Les voici :

- Quand Mr Zyane était ministre, les comptes de l’OCP étaient vraiment tabous. Le gouvernement ne recevait qu'un rapport où il n'y avait pas un seul chiffre sur les ventes, les recettes, les investissements. Ce n'est qu'en 2007 que le conseil d'administration a eu droit à un bilan en bonne et due forme. Depuis, L'OCP s'est transformée en société anonyme et se plie aux exigences juridique de ce statut.

-L'OCP intervient sur la bourse, mais aussi les marchés financiers internationaux. Le groupe doit satisfaire à la transparence absolue. Il publie des comptes semestriels et des notes d'informations. Il est audité par deux cabinets internationaux et reçoit des visites régulières des agences de notation qui utilisent leurs conclusions pour noter le Maroc.

-La Cour des comptes dans son dernier rapport estime que L'OCP est plus gros contributeur au budget de l'État avec plus de 50 milliards de dhs

-Le ministre des finances a déclaré à l'Economiste que L'OCP a cumule un crédit d'impôt (TVA) de plus de 12 milliards de dhs. Selon de sources fiables il s'agit plutôt de 18.

- Enfin dans le cadre de la responsabilité sociale L'OCP a une forte implication dans les villes phosphatières mais pas que.

Ces vérités chiffrées, comptables, vident de toute substance ce que déclare Zyane, qui croit que le Hirak Va lui redorer son blason. Ce qui m'importe c'est de voir comment une certaine complaisance s'est installée vis à vis d'une entreprise de démolition. A coup de suspicion généralisée on sape la confiance en les institutions et donc dans le pays et son avenir. Le rôle de la presse ce n'est pas de relayer cette entreprise mais plutôt de vérifier à chaque fois. De dénoncer les outrances quand elles reposent sur le mensonge ou l'ignorance.