Le président de l’UA en Algérie pour discuter du Sahara marocain

5437685854_d630fceaff_b-
1013
Partager :

Le président de la Commission de l’UA, lors d’une visite de travail en Algérie, a examiné l’implication de l’Union africaine dans le dossier du Sahara marocain.

Du 10 au 12 mars dernier, l’actuel président de l’Union Africaine, Moussa Faki Mahamat, a effectué une visite de travail à Alger. Accompagné du Commissaire à la paix et la sécurité de l’UA, l’algérien Smail Chergui, le président de l’UA a pu s’entretenir avec le premier ministre algérien, Ahmed Ouyahia ainsi que le ministre des affaires étrangères algérien, Abdelkader Messahel.

Ces rencontres ont couvert « différentes priorités continentales liées à la paix et à la sécurité, à l’intégration africaine, à la migration, à l’éducation et à la culture, ainsi qu’à la réforme institutionnelle de l’Union africaine ».

Mais le thème principal de cette visite était le Sahara marocain. Le communiqué de l’UA mentionne que « les échanges ont porté […] sur le Sahara occidental », le président de la Commission a « sollicité les vues de l’Algérie, en tant que pays voisin, sur les voies et moyens les meilleurs pour la mise en œuvre du mandat qui lui a été confié par la Conférence de l’Union ».

Paul Kagame devrait ainsi soumettre un rapport sur les « modalités d’une contribution de l’Union africaine à la recherche d’une solution, dans le cadre des décisions et résolutions pertinentes de l’Union africaine et du Conseil de sécurité des Nations unies ».

La position du Royaume est claire. L’Union Africaine n’a pas matière à intervenir dans le dossier du Sahara marocain. Les tractations sur ce dossier n’auront lieu qu’au sein de l’ONU et entre les partis concernés directement.

A titre de rappel, la 30e Conférence des chefs d’Etat de l’Union Africaine avait conclu sur la nécessité pour le Maroc et le Polisario de discuter de façon « direct et sérieuse » sous « l’égide de l’UA et de l’ONU » et appelait le Maroc à « autoriser le retour de la mission de l'observation à Laâyoune et un monitoring des droits de l'homme sur le territoire ».