Maroc-Afrique du Sud : Un Entretien « Franc et Cordial »

5437685854_d630fceaff_b-
389
Partager :

Ce mardi 09 janvier a eu lieu la conférence ministérielle sur la migration, amorçant une coopération interafricaine dans le but de trouver et d’appliquer des solutions à la problématique de la migration en Afrique. En marge de cette réunion, a eu lieu un entretien inédit entre le ministre des affaires étrangères marocain et son homologue sud-africaine

Une Réconciliation timide

Après un hiver diplomatique de 13 ans, la présence de la délégation sud-africaine, lors de cette conférence, marque une continuité à la rencontre « historique » du roi Mohammed VI et de Jacob Zuma, qui s’étaient mis d’accord  « afin qu’une nouvelle page dans les relations bilatérales entre les deux pays soient ouvertes, que l’interactivité diplomatique soit renforcée et que les sujets de coopération soient explorés » déclare Nasser Bourita. 

Le ministre des affaires étrangères marocain, ainsi que son homologue sud-africaine ont pris  part à un entretien en tête-à-tête, au sujet de la migration bien sûr, mais aussi de la reprise des relations diplomatiques, suspendues depuis la reconnaissance de la RASD par l’Afrique du Sud. Entretien « Franc et cordial » selon Nasser Bourrita, il s’agit plus d’un redémarrage diplomatique, après de longues années d’animosité voire d’hostilité.

Aucune mention du Sahara ou de dossiers épineux tel que le Polisario, mais cela a sûrement dû être effleuré, les deux ministres s’étant entretenus sur la coordination dans la thématique de la migration mais aussi du rôle « incontournable » des deux pays sur les questions « de développement » et « de paix ».

Maite Nkoana-Mashabane, quant à elle n’a laissé transparaitre aucune ambiguïté, adressant uniquement la problématique migratoire, appelant à la résolution « des problèmes africains par des solutions africaines ». Suite à la déclaration conjointe des deux ministres, aucune question n’a été retenue. 

Prochaine échéance : Sommet de l’UA

Ce tête-à-tête a eu lieu en marge de la conférence ministérielle pour un agenda africain sur la migration. Cette conférence s’inscrit dans « la continuité d’un processus amorcé lors du 28eme Sommet de l’UA» suite  à la demande du Président Condé au roi Mohammed VI, «de coordonner l’action de l’Union Africaine en Matière de Migration » rappelle Nasser Bourita. Il a ensuite précisé qu’il fallait « s’affranchir des idées reçues et de battre en brèche les stéréotypes associés aux migrants », cette thématique représentant une problématique essentiellement africaine, 80% des migrations se faisant entre pays africains. Les deux autres axes se centrent autour « de la migration en Afrique comme choix et non une nécessité » et une volonté « de forger une vision globale, intégrée et holistique de la migration ».

Nasser Bourita a aussi ajouté que l’agenda africain pour la migration, sera présenté par le roi Mohammed VI lors du 30e sommet de l’Union africaine qui se tiendra fin Janvier, un agenda non « contraignant », qui fera office de projet de coopération et de référence

Le ministre a appelé à la cohérence et la cohésion  de l’Afrique traduisant «  la vision partagée de la migration en engagements réalisables » nécessaires lors du Forum Mondial sur la Migration et le Développement, co-présidé par le Maroc et l’Allemagne, ainsi que la Conférence d’Adoption du pacte Mondial pour des Migrations Sures, Ordonnées et Régulières, abritée par le Maroc, qui auront lieux en décembre 2018.