Marrakech-Sahara : Quarante pays africains pour l’attachement de l’UA au processus onusien

5437685854_d630fceaff_b-
275
Partager :

Le Maroc accueille à Marrakech, ce lundi 25 mars, la Conférence ministérielle africaine sur l’appui de l’Union Africaine au processus politique des Nations Unies sur le différend régional au sujet du Sahara marocain.

Cette Conférence qui connaît la participation d'une quarantaine de pays africains, en provenance des 5 sous-régions du Continent, vise à exprimer le soutien à la Décision Assembly/AU/Dec.693 (XXXI), adoptée lors du 31ème Sommet de l’UA, tenu les 1 et 2 juillet 2018 à Nouakchott (Mauritanie). Cette décision réaffirme l’exclusivité des Nations Unies dans l’examen du différend régional au sujet du Sahara marocain.

La tenue de cette conférence s’inscrit dans la vision sage et éclairée des Etats africains en vue du renforcement de l’unité du Continent et du rejet de toute tentative de le dévier de ses priorités urgentes en matière de développement humain durable, d’intégration régionale et de prospérité de ses citoyens.

La Décision 693 sur le rapport du Président de la Commission sur la question du Sahara a "établi un mécanisme africain comprenant la Troïka de l’Union Africaine à savoir les Présidents sortant, en exercice et entrant de l’UA, ainsi que le Président de la commission, pour apporter un soutien efficace aux efforts conduits par les Nations Unies". Elle a consacré la primauté du processus onusien dans la gestion de la question du Sahara, en excluant tout processus parallèle.

Les Etats membres de l'UA ont réaffirmé leur attachement indéfectible à une afrique unique, stable, proactive et prospère, parlant d'une seule voix et  à même de répondre aux défis multidimensionnels du monde complexe d’aujourd’hui et de demain.

Malgré cette avancée décisive qui installe un climat de sérénité au sein de l’UA, certaines actions cherchent à contrarier l’esprit de la lettre de la Décision 693. C’est en réponse à ce contexte que s’inscrit la Conférence ministérielle africaine sur l’appui de l’UA au processus politique des Nations Unies sur le différend régional au sujet du Sahara marocain, organisée par le Royaume à Marrakech.

Les états membres de l'Union africaine ont exprimé, à l'issue des travaux de cette conférence, leur rassemblement autour d’une mise en œuvre constructive et efficace du mandat de la Troïka de l’UA, qui consiste à protéger, à appuyer et à préserver l’intégrité du processus politique en cours dans le cadre exclusif des Nations Unies, sous la supervision du Conseil de Sécurité et sous les auspices du Secrétaire Général, en vue de parvenir à « une solution politique, réaliste, pragmatique et durable à la question du Sahara qui repose sur le compromis » (OP.2 de la résolution 2440 du Conseil de Sécurité des Nations Unies).

Cette Conférence ministérielle africaine sera aussi l’occasion de réaffirmer le consensus africain autour de la Décision 693, et de témoigner activement de l’appui africain au processus politique en cours dans le cadre des Nations Unies en vue d’une solution politique réaliste, pragmatique et durable à la question du Sahara, qui repose sur le compromis.

Elle a aussi pour objectif de conforter l’esprit et la lettre de la Décision 693 de la Conférence de l’UA, et de réaffirmer l’attachement de l’Union au processus onusien.

Cet attachement ressort de la Décision 693, qui exprime un choix éclairé des Chefs d’Etat et de Gouvernement, soucieux de prévenir les clivages et les divisions parmi les pays africains frères, et de les rassembler autour des efforts des Nations Unies.

Souligner l’impact positif de la décision 693 sur le fonctionnement de l’UA, la cohésion de ses membres et la mise en œuvre de son agenda et de ses priorités, y compris en ce qui concerne une conduite sereine et apaisée des processus de partenariat liant l’Union Africaine. 

Les Etats membres sont convenus également de "souligner que le soutien de la Troïka au processus politique des Nations Unies doit être préservé de toute ingérences, interférences ou actions non consensuelles, de nature à concurrencer les efforts du Secrétaire Général des Nations Unies et de son Envoyé Personnel, à compromettre la cohésion de l’Union ou à développer un processus parallèle de nature à cultiver la division entre ses Etats membres".

L’objectif du Royaume du Maroc est donc de rassembler et d’unir autour du respect de l’esprit et de la lettre de la décision de Nouakchott, en évitant la cristallisation de divisions internes pouvant compromettre la résolution du conflit régional et nuire à la stabilité, la cohésion et l’efficacité de l’Organisation.