Omar Hilale : « il n’y a pas de possibilité de référendum au Sahara »

5437685854_d630fceaff_b-
476
Partager :

L’ambassadeur du Maroc auprès des Nations Unies, Omar Hilale, a déclaré qu’il n’y avait pas de place pour un référendum au Sahara, cette option étant « enterrée » depuis longtemps

Lors d’une réunion de la 4ème commission de l’assemblée générale, Omar Hilale a noté que cette évaluation avait déjà été faite par l’ancien secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan, dans un rapport de 1991 qui concluait que le référendum n’était pas « applicable ». Il a ajouté que le conseil de sécurité de l’ONU avait exclu cette option pendant 17 ans, plaidant pour une solution politique négociée et mutuellement acceptable.

Le Maroc, a-t-il souligné, reste attaché à la résolution du conflit à travers un processus politique. Il a également insisté sur le fait que l’aboutissement de  cette solution ne peut être que fondé sur le « réalisme », le « compromis » et la prééminence du plan d’autonomie du Maroc. Hilale estime que les autres parties impliquées dans ce conflit, notamment l’Algérie, doivent être invitées à apporter des contributions similaires pour trouver une solution à ce problème.

Hilale a également rappelé la position du Maroc selon laquelle la question du Sahara devrait être retirée de l’ordre du jour de la 4ème commission qui traite de la décolonisation.

Par ailleurs, il a demandé à ce que le conseil de sécurité soit le seul responsable de la question, conformément à la charte des Nations Unies.

L’ambassadeur a cité le paragraphe 1 de l’article 12 de la charte qui stipule que le conseil de sécurité devrait exercer sur « tout différend ou situation » les fonctions assignées par la charte. Cet article a amené l’assemblée générale à abandonner des douzaines de question dans les années 50 et 60, permettant au conseil de sécurité d’exercer ses responsabilités sans ingérence, a rappelé Omar Hilale.