Rencontre Istiqlal-PJD : Le temps des manœuvres, le parfum des échéances électorales

5437685854_d630fceaff_b-
952
Partager :

En froid depuis les sorties excentriques de son ancien secrétaire général, Hamid Chabat, contre le PJD de Abdalilah Benkirane, les relations entre l’ainé des partis marocains et les islamistes du gouvernement viennent de connaitre un subit réchauffement. 

La reprise de contact intervient à un moment où les grandes et petites manœuvres autour des échéances électorales prochaines ont commencé par l’ouverture des débats et des prises de position sur le mode de scrutin que de parties aimeraient voir revenir au scrutin uninominal qui n’a pas rallié beaucoup de monde.  Mais c’est essentiellement le code électoral dans ses différents aspects ( révision des listes, financements, découpage, seuil de l’éligibilité, loi organique des partis, campagne électorale …) qui préoccupe la majorité des partis et l’Istiqlal qui a déjà rencontré à ce sujet les partis de l’ex-Koutla, le PPS et l’USFP, rencontres, soit dit en passant, passées inaperçues. Pour l’Istiqlal il s’agit de faire passer les ententes sur ces différents points avant la clôture de la session parlementaire du printemps, en tout cas avant octobre prochain. Objectif : avoir de la visibilité au moins une année avant les élections pour que les partis travaillent à l’aise et dans l’aisance, sachant qu’une enveloppe financière supplémentaire est prévue notamment pour soutenir le travail d’encadrement des formations politiques. Il s’agit essentiellement de fixer les critères de sa répartition. 

Le communiqué qui a sanctionné la rencontre Istiqlal – PJD ne dit qui a été à l’initiative de cette rencontre, se limitant diplomatiquement à indiquer qu’elle est du fait des deux secrétaires généraux. 

A signaler que la rencontre entre les deux partis qui s’est déroulée à la résidence du chef du gouvernement, mais en sa qualité de secrétaire général du PJD, ne s’est pas limitée aux deux chefs de fil, Nizar Braka et Saadeddine El Othmani. Des dirigeant des deux partis y pris part. On relèvera la présence notamment de Mustapha Ramid et Mohamed Yatim pour le PJD, et Hamdi Ould Rachid, que de nombreux observateurs prennent pour le pivot de la direction istiqlalienne, et Noureddine Mediane, chef du groupe parlementaire à la chambre des représentants, pour l’Istiqlal.       

Les deux partis, qualifiant l’ambiance de la rencontre de fraternelle et positive, ont souligné leur volonté de coopérer, aux cotés des autres formations, à tout ce qui pourrait rétablir la confiance des citoyens dans l’action politique et consolider la construction démocratique au Maroc. Ils se sont également engagés de poursuivre leurs contacts en vue de la réalisation de la mobilisation nationale souhaitée afin de réussir les échéances qui attendent le pays.