Sahara : la mise en garde qui inquiète l’Algérie

5437685854_d630fceaff_b-
1712
Partager :

Selon Assabah, au sortir d’une rencontre avec le ministre des affaires étrangères françaises, Jean-Yves Le Drian, Abdelkader Messahel a vite fait de réunir les chefs d'État-major de l’armée algérienne pour les prévenir que la France soutient une éventuelle intervention armée du Maroc dans la zone tampon

Le Drian aurait dit à son homologue algérien que « si le Polisario ne se retire pas de la zone tampon, comme prévu par l’accord de cessez-le-feu, le Maroc a tout droit de riposter avec fermeté ».

Assabah ajoute, en citant des sources diplomatiques, que les officiels français ont fait comprendre à Messahel que Paris était pour une intervention militaire du Maroc sous forme de frappes aériennes éclairs à Bir Lahlou, Tifariti, Guergarate et Mjik. Voilà qui est clair.  

Ainsi, la France a confirmé clairement à Alger qu’elle ne s’opposerait pas à une opération armée éclair du Maroc dans la zone tampon. Chose qui n’était pas dans les plans de l’Algérie puisque,  selon le journal, le ministre algérien avait la mission de dissuader la France de soutenir une éventuelle action militaire marocaine. La France a rejetée cette requête, considérant que cette zone pourrait aisément devenir une poudrière et déclare ne pas tolérer les agissements d’une milice armée.  

La France a confirmé à Alger qu’elle ne s'opposerait pas à une opération armée éclair du Maroc dans la zone tampon et le Conseil de sécurité pourrait, lui aussi, donner son feu vert aux frappes aériennes de l’armée marocaine dans la zone.

Ainsi, nul besoin de dire que cette mise en garde de la France a mis en alerte l’armée algérienne. D’ailleurs, ce mercredi 11 avril a été témoin du crash d’un avion militaire algérien reliant Alger à Tindouf. 257 personnes ont péri dans ce crash, dont une trentaine de membres du Polisario. La présence de ces membres du Polisario dans l’avion a même suscité des questionnements du côté marocain. « Cet accident a ainsi mis à nu les agissements des généraux algériens », écrit le quotidien Al Massae.