Sahara: la position de l’Espagne est ''constante''

5437685854_d630fceaff_b-
462
Partager :

Le ministre espagnol des Affaires étrangères, de l'Union européenne et de la Coopération, M. Josep Borrell, a souligné, jeudi 13 février à Rabat, lors d’un point de presse conjoint avec M. Bourita, le ministre des Affaire étrangères, que son pays défend la "centralité" de l'Organisation des Nations unies pour parvenir à une "solution politique" à la question du Sahara dans le cadre des "résolutions pertinentes" du Conseil de sécurité.

"L'Espagne défend la centralité de l'ONU et soutient les efforts du Secrétaire général de l'ONU et de son envoyé personnel pour aboutir à une solution politique dans le cadre des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations-unies", a affirmé le chef de la diplomatie espagnole lors d'un point de presse conjoint avec le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, M. Nasser Bourita.

"La position de l'Espagne sur la question du Sahara est précise et constante", a-t-il dit, faisant observer qu'"il s'agit d'une position d'État qui n'a pas changé".

M. Borrell fait partie de la délégation accompagnant le Roi Felipe VI et la Reine Letizia dans leur visite officielle au Maroc à l'invitation du Roi Mohammed VI.

A la même occasion, pour le Roi Mohammed VI, l’Espagne est un "partenaire stratégique naturel" du Royaume du Maroc. C’est ce qu’a déclaré le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, M. Nasser Bourita.

Concrétisant cette orientation, un instrument juridique établissant un "Partenariat stratégique global " entre les deux pays a été signé, mercredi 13 février à Rabat, lors d’une cérémonie présidée par le Souverain et le Roi Felipe VI d’Espagne, a relevé M. Bourita lors d'un point de presse conjoint avec le ministre espagnol des Affaires étrangères, de l'Union européenne et de la Coopération, M. Josep Borrell.

Selon M. Bourita, le Partenariat stratégique global entre les deux pays est un « fait nouveau » qui exprime une « volonté partagée » de hisser les relations bilatérales à un « niveau encore plus élevé et plus ambitieux », notant que ce partenariat est fondé sur « la confiance, l’ambition, le respect mutuel et la sérénité dans le traitement de toutes les questions, dans une coopération gagnant-gagnant et d’égal à égal ».

Il structure, a expliqué M. Bourita, un triple cadre de dialogue, politique et de sécurité, économique et culturel et humain respectivement, complétant ainsi le Traité d’amitié, de bon voisinage et de coopération signé entre les deux pays en 1991.

Le Roi a eu, mercredi 13 février, des entretiens « riches, approfondis et fructueux » avec son illustre Invité, a rappelé le ministre, notant que ces entretiens ont permis de donner une « impulsion qualitative nouvelle » aux relations bilatérales.

Ces entretiens ont porté sur les relations bilatérales dans leurs différentes dimensions, politique, économique, sécuritaire et culturelle, ainsi que sur les questions régionales et internationales, a indiqué le ministre.