Salauds de ricains

5437685854_d630fceaff_b-
820
Partager :

Même les intellectuels occidentaux les plus laïcisants, ceux qui veulent que l'Arabie Saoudite se laïcise en deux semaines, soutiennent le caractère hébreu d'Israël. Et nous, pauvres laicards du monde musulman, sommes condamnés à vitupérer toue la résistance, baptisée terrorisme, par la bienpensance de nos "maîtres". "Entre la justice et ma mère je choisis ma mère", Albert Camus

Un milliard et demi d'humains sont meurtris dans leur chair, au plus profond de leur être, et les chaînes d'information françaises ne parlent que de Johnny Hallyday. C'est une humiliation en plus que de voir que Trump peut créer un séisme, que cela passe après le décès d'un chanteur, au nom de la proximité. Justement, c'est plus humiliant car cela suppose que les 66 millions de français, n'en ont rien à cirer de l'avenir d'un tiers de l'humanité qui se joue en ce moment.

Les vrais cocus de cette histoire ce sont les intellectuels qui ont cru au mirage des valeurs universelles, qui combattent les islamistes, plaident pour la tolérance, l'universalité. Trump et les siens, tous dirigés par l'AIPAC, seul véritable maître des État- Unis et donc du monde. Je sais ce que j'écris et je l'assume, sans craindre les accusations d'antisémitisme, surtout de la part des soutiens d'Israël, État fasciste, assassin d'enfants. L'AIPAC et Trump nous disent tous, quels que soient nos croyances, reniez l'Islam, l'arabité, acceptez d'être les esclaves des anciens esclaves, c'est notre seule issue. C'est la seule interprétation possible de la décision de transférer l'ambassade de L'AIPAC de Tel Aviv à Jérusalem.

Le pire, c'est que cela n'a pour seul objectif que d'humilier le monde arabo-musulman, notre culture, notre histoire. Cela n'a aucune signification politique raisonnable, c'est juste une provocation.

La décision de Trump met hors jeu les régimes Arabes à la recherche de la paix à tout prix, remet en selle le Hamas, le Hezbollah et donc l'Iran, imprime de manière définitive le caractère confessionnel au conflit et annihile toute possibilité de voir en Washington un "parrain" du plan de paix. D'une certaine manière c'est une excellente nouvelle.

La fameuse solution des deux Etats est un cul de sac. Jérusalem est un problème, mais c'est surtout le retour des réfugiés de 48 qui est insoluble...dans le cadre d'un Etat hébreu. Si on veut une solution il faut d'abord refuser un Etat dont le seul but serait la religion. Les ashkénazes doivent rendre leur terre aux Palestiniens. S'ils veulent rester en Palestine, cela sera dans le cadre d'un Etat démocratique, laïc. Même les intellectuels occidentaux les plus laïcisants, ceux qui veulent que l'Arabie Saoudite se laïcise en deux semaines, soutiennent le caractère hébreu d'Israël.

Et nous, pauvres laicards du monde musulman, sommes condamnés à vitupérer la résistance, baptisée terrorisme par la bienpensance de nos "maîtres", à quémander l'accession à l'universel, à rejeter toute notre culture pour obtenir le sésame de la modernité, à renier nos pères, nos mères, juste pour qu'ils nous considèrent "fréquentables".

Pour ma part j'ai trop donné. Je participerai à toutes les manifestations légales de soutien à Al Qods, je ne montrerai aucune empathie pour d'éventuelles victimes de violences au Proche Orient, sauf les victimes des sionards-nazillons. Il faut l'affirmer fermement, face à la forfaiture de l'improbable président des USA, il n'y a qu'une seule attitude possible, revendiquer haut et fort, notre culture, notre histoire, notre identité, et.cela passe par les droits du peuple palestinien. C'est ce que je fais, l'AIPAC est un ennemi de l'humanisme et les USA l'ennemi des peuples.

La résistance est dès lors un devoir moral, une question de dignité humaine et pour moi, une fidélité à une histoire personnelle, familiale et celle d'un rêve de gauche émancipatrice qui a façonné ma generation. Nous avons été défaits mais pas vaincus. Le déterminisme historique est du côté de nos convictions. Cela prendra du temps, des sacrifices, des larmes, mais la Palestine vaincra. Et cela malgré la détestable instrumentalisation de cette cause par des forces régressives.