Sommet de l’UA: Le Maroc doublement primé à Addis-Abeba

5437685854_d630fceaff_b-
372
Partager :

Le Maroc s’est vu  décerner, lundi, à Addis-Abeba, deux prix de l’Union Africaine (UA), récompensant les efforts du Royaume en matière de lutte contre les changements climatiques et de transformation de l’agriculture en Afrique.

Il s’agit du Prix de la meilleure performance en matière de changement climatique et du Prix de la meilleure performance de l’année 2020 pour la mise en œuvre de la Déclaration de Malabo de 2014 relative à la transformation l’agriculture africaine.

Ces prix, décernés au Royaume à l’occasion du 33è de l’UA qui se tient dans la capitale éthiopienne, constituent une autre reconnaissance des efforts déployés par le Maroc en faveur du développement du continent.

Les changements climatiques représentent un défi de taille pour l’Afrique, le continent le plus exposé aux effets de ces changements avec leur lot de cyclones, d’inondations et de cycles prolongés de sécheresse.

Les pas franchis par le Maroc, à la faveur d’une stratégie visionnaire de développement des énergies renouvelables, positionnent le Royaume au premier rang de la lutte contre les changements climatiques en Afrique.

L’expertise du Royaume est aujourd’hui sollicitée partout dans le continent, de la région du Sahel jusqu’aux Etats insulaires, des régions qui bénéficient déjà du savoir-faire développé par le Maroc dans ce domaine intrinsèquement lié à l’avenir de l’Afrique.

Dans le domaine agricole, le Plan Maroc Vert a été cité lors du sommet comme modèle duquel de nombreux pays africains frères souhaitent s’inspirer dans le cadre de leurs efforts visant à répondre aux attentes de leurs populations en termes de développement durable.

Le 33è Sommet de l’UA, premier sommet lors duquel le rapport du CPS ne contient aucune référence à la question du Sahara marocain (M. Bourita)

Le 33è Sommet de l’Union africaine (UA) est le premier sommet de ces quatre dernières années lors duquel le rapport du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’UA ne contient aucune référence à la question du Sahara marocain, a indiqué, lundi à Addis-Abeba, le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’Etranger, Nasser Bourita.

Depuis le retour du Maroc au sein de l’organisation panafricaine, acté en janvier 2017, c’est le premier sommet au cours duquel le CPS de l’UA ne contient aucune indication au sujet de la question du Sahara marocain, a souligné M. Bourita lors d’une conférence de presse au siège de l’UA à l’occasion du 33è sommet de l’Union.

Il a rappelé, dans ce cadre, la décision du Sommet de Nouakchott de 2018 qui avait décidé que la question du Sahara marocain est traitée au niveau des Nations unies et que l’UA doit apporter son appui et son soutien à ce processus et ne doit aucunement créer un processus parallèle ou une littérature différente de celle des Nations Unies.

Les pays membres de l’UA s’intéressent maintenant aux questions de paix, de sécurité et de développement et la question du Sahara marocain dispose de son propre cadre et sa référence au sein de l’Onu, a souligné M. Bourita, réaffirmant que la décision du Sommet de Nouakchott demeure la référence de l’UA à ce sujet.

Pour rappel, lors de ce 33è Sommet d’Addis-Abeba, le Président de la Commission de l’UA, Moussa Faki Mahamat, a confirmé l’exclusivité des Nations Unies dans la résolution de la question du Sahara marocain.

Dans son intervention à l’ouverture de la 33è Conférence des chefs d’État et de gouvernement de l’UA, M. Faki Mahamat a précisé que conformément à la décision 693 du Sommet de Nouakchott, la Troïka de l’UA apportera un soutien efficace au processus mené par les Nations unies, qui est le cadre volontairement choisi par les parties pour une solution politique durable.