UA : Le Maroc confirme sa solidarité avec les pays du Sahel au conseil de paix et de sécurité

5437685854_d630fceaff_b-
392
Partager :

"Le Maroc a réaffirmé l'expression de sa solidarité et de son engagement avec les pays du Sahel avec lesquels il entretient des liens multiséculaires, une coopération multiforme et des relations multidimensionnelle"

Le Maroc a réitéré sa solidarité et son engagement avec les pays du Sahel avec lesquels le royaume entretient des liens multiséculaires, une coopération multiforme et des relations multidimensionnelle, a affirmé à Nouakchott, le directeur du Maghreb, de l'Union du Maghreb Arabe et de l'Union Africaine au ministère des affaires étrangères et de la coopération internationale, Abderrazzak Laassel.

"Le Maroc a réaffirmé l'expression de sa solidarité et de son engagement avec les pays du Sahel avec lesquels il entretient des liens multiséculaires, une coopération multiforme et des relations multidimensionnelle", a souligné Laassel qui intervenait lors du débat ministériel sur “le rôle de l'Afrique dans l'harmonisation des initiatives et l'opérationnalisation de l'architecture de paix et de sécurité dans le Sahel”.

La région du Sahel connaît des évènements rapides et successifs “qui requiert de nous aujourd'hui des réponses collectives et intégrées” pour faire face aux défis que connaît cette zone, en vue d'assurer un avenir meilleur aux pays et aux peuples de la région sahélo-saharienne, a ajouté Laassel

Cela passe nécessairement par la mise en place d'une stratégie et des orientations claires, des mécanismes de coopération efficace et des programmes adéquats, ainsi que l'harmonisation des actions et stratégies engagées, a relevé Laassel. Il a rappelé que la région du Sahel connaît “des problèmes sécuritaires graves menaçant l'ensemble des pays de la région, menés par plusieurs groupes terroristes transnationaux qui s'activent dans le crime organisé, le terrorisme et le commerce illicite, alimentant l'insécurité et l'extrémisme qui menacent les fondements même des Etats.

“Même si nous pouvons nous considérer loin de la situation critique de 2011 et 2012 où les populations étaient exposées à toutes sortes d'insécurité, et où les institutions étatiques étaient sérieusement ébranlées et les efforts des Etats de la région n'étaient pas suffisamment coordonnée, la situation est loin d'être stable”, a-t-il mis en garde.

Sur la plan sécuritaire, la nébuleuse terroriste continue de se propager dans la région sahélo-saharienne, qui connaît une montée en puissance de groupes terroristes particulièrement le “JNIM” et la filiale sahélo-saharienne de DAECH, a noté Laassel avec chiffre à l'appui.

“Rien que l'année 2017 recense 104 attaques terroristes, faisant 623 morts dans la région. L'année 2018, bien qu'elle ne fait que commencer, recense déjà 26 attaques et 34 morts. De même, le trafic de tous genre ne cesse de de se développer. Ainsi, 20 millions d'armes légères sont toujours en circulation dans la région. Le trafic d'être humain et de la contrebande de cigarette connaissent une forte progression. Le revenu des trafics illicites est estimé à près de 5 milliards dollars us par an”, a-t-il déploré.

Le diplomate marocain a souligné que l'effort consenti pour la sécurité dans la région sera sans lendemain, si les différentes initiatives lancées pour la stabilisation de la région du sahel, que ce soit celles initiées sous l'égide de l'Union africaine ou des Communautés Economiques Régionales (CER), ne sont pas menées de manière cohérente et effective.

La communauté internationale, dont le Maroc ont d'ailleurs opté pour une approche globale et intégrée pour le règlement des questions sécuritaire et de développement dans cette région , a affirmé la délégation marocaine à cette réunion ministérielle, ajoutant que le royaume a salué dès le départ l'initiative du G5-Sahel, qui constitue une réponse pertinente à cette situation précaire.

Le 31ème sommet de l'UA avait débuté lundi au niveau Comité des représentants permanents de l'Union africaine (COREP) et se poursuit par la tenue jeudi et vendredi par la 33eme session ordinaire du conseil exécutif de l'Union avant le sommet des chefs d'Etat et de gouvernement prévu dimanche et lundi.