UA : Le Maroc se positionne face à l’Algérie au CPS

5437685854_d630fceaff_b-
1030
Partager :

Revenant sur l’élection du Maroc au Conseil de Paix et de Sécurité de l’Union Africaine, Nasser Bourita a affirmé que cette instance africaine ne doit pas rester entre les mains d’un seul pays. Akhbar Al Yaoum a affirmé que le ministre des affaires étrangères faisait ainsi allusion à l’Algérie qui a toujours voulu instrumentaliser le CPS à des fins inconnues

Nasser Bourita a ajouté que « cette élection, qui est intervenue dans un contexte particulier et, surtout, dans un délai record après le retour du royaume au sein de sa famille institutionnelle, consacre le rôle constructif et productif du Maroc, ainsi que son approche pragmatique et solidaire, en faveur de la paix, de la sécurité et de la stabilité en Afrique ».

« Aucune crise, aucune tension, aucun conflit n’est marginalisé, laissé de côté ou relégué au second plan des priorités », a-t-il ajouté, relevant que les priorités du continent africain ne se hiérarchisent pas et qu'elles bénéficient de la même attention « car pour le royaume la sécurité du continent est une et indivisible ».

L'objectif du royaume dans le cadre de son mandat est de contribuer de manière efficace et directe aux activités de cet organe, en apportant sa valeur ajoutée issue de 60 années d'expertise accumulée en faveur du maintien de la paix et de la sécurité en Afrique, a précisé Nasser Bourita.

Pour rappel, le Maroc avait été élu pour siéger au CPS pour un mandat de deux ans renouvelable.