Youssef Amrani : pour le Maroc, l’insertion de l’Afrique dans la mondialisation est une opportunité

5437685854_d630fceaff_b-
424
Partager :

Le Maroc a toujours plaidé en faveur d'un nouvel ordre mondial respectueux de l'identité, des spécificités de chaque pays et des choix souverains nationaux, a indiqué, ce dimanche 14 mai à Doha, Youssef Amrani, chargé de mission au Cabinet royal.

« Pour SM le roi Mohammed VI, le besoin de tenir compte des spécificités nationales des pays en développement est un impératif, plus particulièrement en Afrique », a souligné Amrani qui intervenait dans le cadre des travaux du 17ème forum de Doha, axés sur "Le développement, la stabilité et les questions des réfugiés".

Pour le Maroc, a-t-il ajouté, l'insertion avantageuse et outillée de l'Afrique dans la mondialisation peut constituer une réelle opportunité pour la croissance mondiale et l'investissement international.

Pour cela, a insisté Amrani, il est essentiel de reconsidérer les conditions du renouveau des relations à construire entre l'Afrique et les autres régions du monde, à travers la mise en place d'instruments novateurs, à la faveur de nouveaux partenariats gagnant-gagnant, compatibles avec l'émergence du continent africain et son développement humain.

Et de relever que le contexte international d'aujourd'hui est marqué par le retour des tendances nationalistes eurosceptiques et la tentation du repli sur soi, conduisant à des fractures géographiques, dont le Brexit, qui aura des conséquences géopolitiques irréversibles sur les relations Nord-Sud.

Cependant, a souligné Youssef Amrani, dans un contexte géostratégique plus large, la situation difficile en Syrie et en Lybie interpelle sur l'incapacité de la Communauté internationale, plus particulièrement du conseil de sécurité de l'ONU, à trouver une solution aux crises actuelles.

D'autant plus, relève-t-il, que « nous sommes face à une mondialisation incontrôlée, dont la forme actuelle suscite encore des appréhensions tant sur les plans géopolitiques que géostratégiques ».

Il est donc impératif, a-t-il conclu, de rendre l'ONU plus représentative des équilibres globaux actuels, capable de traiter efficacement les questions urgentes qui risquent de compromettre la paix et la sécurité internationales.

Les participants à ce forum débattent de sujets se rapportant à "La nouvelle politique américaine et son impact sur la paix mondiale", "l'impact du Brexit sur la région du Moyen-Orient", "la présence militaire russe au Moyen-Orient et ses conséquences" et "le déclin du rôle du Conseil de sécurité dans la résolution des conflits".

La cérémonie d’ouverture a été présidée par l'Emir du Qatar, Cheikh Tamim Bin Hamad Al-Thani, en présence de centaines de politiques, décideurs, universitaires et intellectuels de milieux de divers, représentant plusieurs pays.

Les travaux de ce forum se poursuivront avec des débats sur les thèmes et défis ayant trait au développement économique et à l'investissement, le pétrole, l'énergie, l'impact politique et économique sur les questions des réfugiés et à la dimension juridique et humaine dans le traitement des questions des réfugiés.