L’homo sapiens de Safi ferait-il du Maroc le berceau de l’humanité ?

5437685854_d630fceaff_b-
1544
Partager :

Une équipe internationale de paléoanthropologues a fait une découverte des plus surprenantes. Elle révèle que le plus ancien représentant connu de l’espèce humaine vivait il y a 315.000 ans au Maroc

Jusqu’ici, les premiers ossements humains reconnus unanimement et anatomiquement modernes ont été découverts en Ethiopie et avaient moins de 200.000 ans. Cette nouvelle découverte vient alors tout chambouler.

Selon Jean-Jacques Hublin, du collège de France et directeur de l’équipe de recherche qui a fait cette découverte, il est difficile de donner un point d’origine à l’humanité et poursuit en déclarant que « l’émergence de l’homme moderne est plus ancienne encore et il s’agit d’un phénomène panafricain ».  

Les fossiles ont été découverts dans le site de Djebel Irhoud, situé entre Marrakech et l’océan Atlantique. Ce site était une mine dans laquelle les carriers ont trouvé un premier crâne en 1961 qui sera récupéré par l’université de Rabat. Toujours dans les années 1960, cinq autres fossiles avaient également été découverts et plusieurs y ont été effectuées.

C'est une découverte qui bouleverse les certitudes sur l'origine et l'évolution humaine et l’a fait remonter à plus de 300 000 ans.

Pendant deux ans, 2004-2016, une équipe internationale de chercheurs a trouvé et analysé plus de 16 nouveaux restes fossiles d'Homo sapiens sur le site archéologique de Jebel Irhoud, trois adultes, d'un adolescent et d'un enfant qui constituent les plus anciennes traces de l’espèce humaine connues à ce jour.

Aujourd’hui, avec cette nouvelle découverte, les anthropologues pourraient se ruer au Maroc pour d’autres fouilles dans ce site qui passe pour le plus riche de toute l’Afrique pour ce type de recherche . « Nos collègues marocains sont sollicités par des équipes anglo-saxonnes », a fait savoir Hublin.

Abdelouahed Ben-Ncer professeur à l’institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine de Rabat a déclaré pour sa part qu’ « après une interruption pour publier ces résultats, on espère Inch’Allah reprendre  rapidement la campagne de fouilles ».