Le casque « à apprentissage accéléré » : une révolution future à portée du cerveau

5437685854_d630fceaff_b-
969
Partager :

Des chercheurs du laboratoire HRL travaillent sur une technologie qui permettrait de décupler les capacités d’apprentissage. Il ne s’agit toujours pas d’apprendre en quelques secondes une technique donnée, comme cela était le cas dans Matrix. Mais les résultats de ces études ouvrent le chemin de tous les impossibles pour l’avenir de l’humanité

Le principe de l’expérience effectuée par le laboratoire HRL, détenu par Boeing et General Motors, consiste à rendre le processus d’apprentissage plus rapide et surtout plus efficace. Ceci est le fruit d’études approfondies sur la psychomotricité de l’organe de tous les secrets, le cerveau, qui lorsqu’il reçoit de nouvelles informations, des connections se créent démultipliant ainsi ses synapses et plusieurs partie de ce dernier s’activent.

L’étude a été effectuée dans le domaine de l’aviation civile et militaire. L’objet de cette expérience étant le pilote. Les scientifiques ont analysé les ondes cérébrales de pilotes militaires et civils en plein simulateur de vol. Puis des pilotes amateurs prennent le devant de l’expérience en passant eux aussi par le simulateur de vol.

Certains d’entre eux sont équipés d’un casque permettant la stimulation du cerveau. Ce dispositif en contact avec leur crâne est l’élément de bonification supposée dans le processus d’apprentissage. Et a pour but de reproduire ce qui a été observé lors de la simulation des pilotes militaires et civils aguerris, via l’envoi de courant à faible intensité.

Il en ressort que les pilotes amateurs qui ont bénéficié du casque «  à apprentissage accéléré » ont effectué les tâches requises par le simulateur mieux que ceux qui n’en étaient pas équipés. Cela ne veut pas dire qu’ils sont devenus des pilotes professionnels, toujours est-il que le casque présenté par HRL permet l’accélération du processus de transmission du savoir.  

Il est connu de tous que le cerveau en contact avec un courant électrique à basse intensité fonctionne plus rapidement, mais la nouveauté de l’étude et que ce courant électrique est orienté de telle sorte à transmettre des informations spécifiques. Le brevetage et la commercialisation éventuelle de ce produit est à suivre de près car impliquant des changements et ruptures abruptes et ce à plusieurs niveaux. Affaire à suivre !