Les nanosatellites, un moyen d’encourager la recherche dans les domaines de l’espace

5437685854_d630fceaff_b-
389
Partager :

Les nanosatellites constituent un outil pour les écoles d'ingénieurs marocaines pour favoriser le développement des satellites dans le royaume, a indiqué, mardi 2 mai à Rabat, le directeur de l'Ecole Nationale Supérieure d’Informatique et d’Analyse des Systèmes (ENSIAS), Mohamed Essaidi.

S’exprimant lors d’une conférence organisée en partenariat avec la fondation de l’espace « KSF space », autour des technologies de l’espace et des satellites d’application, M. Essaidi a fait savoir que la technologie nanosatellite « cubesat », est une opportunité pour les écoles d’ingénieures et les universités marocaines de développer la recherche et l’innovation dans ce domaine, compte tenu de leur coût, qui est accessible.

« Aujourd’hui plusieurs universités dans le monde s’investissent dans le développement et le lancement de satellites, ainsi dans le cadre d'une coopération pour développer le nanosatellite en partenariat avec l’université Mohammed V, cette conférence vise à favoriser l’échange et l’expertise avec les organisations et les chercheurs dans le domaine », a souligné le directeur.

Pour sa part, Mohamed Kayyali, président de la fondation de l’espace "KSF space" au Royaume-Uni a relevé que cette initiative a pour but d’encourager les étudiants chercheurs des écoles d’ingénieurs dans la région du Moyen Orient-Afrique du Nord, spécialement le Maroc, vu son emplacement géographique et la qualité de ses recherches, en vue de développer des nanosatellites.

De son côté,  Guglielmo Aglietti, directeur du centre d’espace d l'université de Surrey au Royaume-Uni, a indiqué que l’utilisation des satellites a un grand impact sur la vie de tous les jours, notant que le développement des nanosatellites au Maroc permettra l’utilisation d'une technologie à moindre coût dans plusieurs domaines notamment la télécommunication, l'internet, l’agriculture et l’observation de la terre.

Au programme de cet événement de deux jours, qui connaît la participation de plusieurs chercheurs, organisations et universités nationales et internationales, figurent des tables-rondes et des ateliers autour notamment des technologies spatiales.