Paléontologie : Une découverte au Maroc résout une énigme centenaire

5437685854_d630fceaff_b-
1057
Partager :

La découverte au Maroc, d’un  Abelisauroidea ,  un monstre pesant deux tonnes et mesurant neuf mètres de long , fait la lumière sur plusieurs questionnements scientifiques.  

Cette découverte fait de cette espèce de dinosaure  potentiellement un des plus importants de son groupe jamais découvert. Le redoutable prédateur a vécu au cours de la période du Crétacé dans ce qui est maintenant le Maroc sur un site appelé les Kem Kem Lits, un affleurement sédimentaire connu pour son abondance inhabituelle de fossiles géants de dinosaures prédateurs.

La découverte est le fruit du travail de Alessandro Chiarenza, étudiant en doctorat à l’Imperial College de Londres, et sa collègue Andrea Cau, qui  après analyse d’un fémur fossilisé retrouvé au musée de géologie et paléontologie à Palerme, et provenant du Maroc, conclurent  qu’il était d’un Abelisauroidea .

Leur étude du fossile contribue maintenant à faire la lumière sur les tailles maximales de ces dinosaures. Chiarenza, co-auteur de l’étude, a déclaré: «De petits fossiles d’Abelisauroidea ont été précédemment trouvé par les paléontologistes, mais cette découverte montre l’énormité de ces prédateurs. »

En outre, le fossile a permis de résoudre un problème de 100 ans parmi les paléontologistes, connu sous le nom de l’énigme Stromer. Le Kem Kem indiquerait que Abelisauroidea  aurait coexisté au Maroc avec cinq autres groupes de dinosaures prédateurs sans empiéter sur l’extinction de l’un l’autre. Au moment où l’Abelisauroidea vivait, la région était recouverte d’une luxuriante savane, mangroves et rivière, idéale pour la chasse des tortues, des crocodiles et les poissons. 

Mais les chercheurs croient maintenant que la géologie de la région, des suites de changements rapide, a connu un mélange de fossiles, détruisant l’ordre chronologique tout en créant l’illusion de coexistence.

Chiarenza dit à cet effet que l’étude de ce fossile marocain, contribue à résoudre la question de savoir si Abelisauroidea avait coexisté avec d’autres prédateurs dans la même région plutôt que de partager le même environnement. En définitive je cite «ces créatures vivaient probablement loin les uns des autres et dans différents types d’environnements. »