Rabat : Tenue de la 2ème rencontre universitaire du numérique

5437685854_d630fceaff_b-
600
Partager :

Jeudi 8 décembre, à Rabat, s’est tenue la 2ème Rencontre Universitaire du Numérique, avec pour objectif majeur d'opérationnaliser la plateforme numérique marocaine en développant des Cours en Ligne Massivement Ouvert (CLOM). 

Le Secrétaire général du ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres, Mohamed Aboussalah, a souligné à l'ouverture de cette rencontre que l’utilisation des technologies de l’information de l’enseignement, le renforcement de la formation à distance, la facilitation de l’accès au service et aux ressources numériques au profit des étudiants et professeurs, la promotion de l’encadrement et la formation à distance, sont autant de conditions nécessaires à l’alignement du Maroc aux standards internationaux en matière d’intégration et d’utilisation des Technologies de l’information et de la communication (TIC) dans l’enseignement supérieur et la recherche scientifique.

Cette rencontre, qui intervient après celle tenue en octobre 2015 à Marrakech, s’assigne pour objectif de partager les expériences réussies des universités marocaines et celles des partenaires français et présenter leurs stratégies dans le domaine des CLOM et les avancées de la plateforme numérique marocaine en partenariat avec « France Université Numérique », a-t-il ajouté.

Il a fait remarquer que les universités sont appelées à préserver l’espace d’innovation et du savoir, à affronter les mutations de l’économie mondiale en vue de s’inscrire dans une nouvelle phase de développement durable alignant qualité, excellence et innovation et jouant le rôle de catalyseur de changement pour la société marocaine.

Pour Mohamed Aboussalah, le système d’enseignement supérieur marocain doit relever plusieurs défis, a savoir l’amélioration de la qualité de la formation, de la gouvernance du système et de l’employabilité des diplômés.

Dans un discours lu en son nom, l'ambassadeur de France au Maroc, Jean-François Girault, a indiqué que la croissance du nombre d’étudiants marocains montre le dynamisme des formations supérieures et l’« appétit de savoir » des jeunes générations, qui doit être satisfait par la construction d'universités, le recrutement de professeurs et la mise en place de pont entre l’université et le monde de l’entreprise.

Le Maroc qui a signé, en juillet dernier, avec l’ambassade de France et France Université Numérique, l’accord portant création de « la plateforme Maroc », a ouvert une voie prometteuse qui le place en position de leader dans le domaine en Afrique, a-t-il ajouté. Il n’a pas manqué de noter que les cours massifs en ligne permettent une évolution majeure de cette formation et facilite l’accès à la connaissance.

Selon lui, la « plateforme Maroc » permettra aux universités marocaines de déposer des cours en ligne ouverts à tous ou privatisés, de renforcer les coopérations avec les universités françaises qui ont fait le choix du CLOM et de disposer de cours en ligne adaptés aux étudiants, de développer la coopération maroco-française avec pour objectif d'alimenter la plateforme numérique marocaine en contenus

Organisée en collaboration avec le ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres et l’ambassade de France au Maroc, cette conférence porte sur la formation aux outils pédagogiques numériques et l’encouragement de l’utilisation du numérique dans l’enseignement supérieur.