Recouvrer la vue grâce à une rétine artificielle, la dernière innovation de la génétique

5437685854_d630fceaff_b-
548
Partager :

Des scientifiques ont développé un implant rétinien qui peut restaurer la vision perdue chez les rats et envisagent la même chose pour les êtres humains plus tard cette année.

L'implant, qui convertit la lumière en un signal électrique qui stimule les neurones rétiniens, pourrait donner espoir aux millions de personnes qui souffrent de dégénérescence rétinienne, y compris la rétinite pigmentaire , qui affecte la vision centrale ou périphérique de l’œil et qui peut conduire parfois à la cécité.

En réalité, la rétine est une fine membrane qui tapisse le fond du globe oculaire et qui est constituée de cellules nerveuses photosensibles. Les pathologies liées à la dégénérescence de la rétine provoquent des dégradations des cellules photoréceptrices. Leur destruction peut être limitée à une zone ou peut s'étendre sur toute la rétine.

Ceci-dit, les nerfs de la rétine, eux, restent intacts et fonctionnels, des recherches antérieures ont donc examiné le traitement de la rétinite pigmentaire avec des dispositifs oculaires bioniques qui stimulent les neurones avec des lumières, tandis que d'autres scientifiques ont étudié en utilisant la technique du « CRISPR » pour réparer les mutations causant la cécité.

A l’heure actuelle, une équipe dirigée par l'Institut Italien de Technologie (ITT) a développé une nouvelle approche, il s’agit d’une prothèse implantée dans l'œil qui remplace le travail d’une rétine endommagée. L'implant est réalisé à partir d'une couche mince de polymère conducteur, placé sur un substrat à base de soie et recouvert d'un polymère semi-conducteur.

Le polymère semi-conducteur agit comme un matériau photovoltaïque, absorbant les photons lorsque la lumière entre dans la lentille de l'œil. Quand cela se produit, l'électricité stimule les neurones de la rétine, remplissant l'espace laissé par les photorécepteurs naturels mais endommagés de l'œil.

Pour tester le dispositif, les chercheurs ont implanté la rétine artificielle dans les yeux des rats élevés pour développer un modèle  de dégénérescence rétinienne  des rongeurs.