Un marocain participe à la découverte majeure par la NASA de sept exoplanètes

5437685854_d630fceaff_b-
582
Partager :

C’est dans une salle sombre de l’université Caddy Ayad de Marrakech, sans aucun gadget high-tech innovant, que Khalid Berkaoui, un doctorant âgé de 25 ans, a pu examiner les images capturées par le télescope « TRAPPIST-NORD » à l’observatoire d’Oukeimden. Le jeune étudiant ne savait peut-être pas à ce moment-là qu’il allait jouer un rôle capital dans la découverte de sept exoplanètes, dont trois en zone habitable

Les exoplanètes, qui sont des planètes situées en dehors du système solaire, sont régulièrement identifiées par les scientifiques. Cela-dit, c’est la première fois que sept des planètes identifiées fassent partie du même système solaire. Le scientifique belge de l’université de Liège, Michaël Gillon, avait déclaré après cette découverte, que la présence de trois d'entre elles dans la zone habitable est une première en dehors de notre système solaire. C'est « très prometteur pour la recherche de vie en dehors de notre système » a-t-il ajouté.

Si beaucoup de médias ont rapporté la découverte par la NASA de sept exoplanètes d'une taille comparable à la Terre orbitant autour de leur étoile en quelques jours seulement, et pouvant abriter de l'eau, rares sont ceux qui ont mentionné la contribution du Maroc à ce projet. Trente scientifiques, y compris Barkaoui et son encadrant Zouhair Benkhaldoun, ont contribué à la parution d’un article dans « Nature », expliquant les détails de cette découverte. Selon Benkhaldoun, qui dirige le département de l'astrophysique à l’université Cadi Ayyad et qui est en parallèlement président de la société astronomique arabe à Marrakech, sans le télescope d’Oukaimeden et la réduction des données d’observation de Barkaoui, des détails cruciaux sur trois des sept planètes identifiées allaient faire défaut à l’étude.

Pour sa part, l’astronome belge a souligné que le travail de Berkaoui est très important car il marque une nouvelle ère dans la recherche, qui pourrait mener l’homme à devenir une espèce interstellaire. « J’en suis certain », affirme-t-il sûr de lui.

Berkaoui, lui, estime  que « cette découverte a ouvert la porte [ici au Maroc] pour trouver plus de planètes », notant qu’ Oukaimeden est devenu grâce à cela célèbre dans le monde entier. Ce jeune étudiant est en train d’achever une année d’étude à l’ULg  où il conçoit un programme de cibles nocturnes pour TRAPPIST-Nord. Il fait également partie d’une nouvelle étude dirigée par Gillon nommée SPECULOOS, un projet plus ambitieux de détection d’exoplanètes potentiellement habitables.