Visa répond à la demande croissante de paiements électroniques dans le monde

5437685854_d630fceaff_b-
3613
Partager :

Visa a annoncé ce mardi 1er Aout, l’extension de ses capacités de traitement des transactions avec deux nouveaux centres de données de la dernière technologie de pointe à Singapour et au Royaume-Uni.

 

Selon Visa, ces nouveaux hubs de traitement devront permettre d’augmenter la vitesse, la résilience et la géo-diversité de l'infrastructure de Visa tout en renforçant sa capacité à fournir de nouveaux moyens de paiement plus sophistiqués dans l’économie mondiale hyper connectée d’aujourd’hui. «Le commerce et les paiements se situent au milieu d'un passage historique de l'analogique au digital. Une majorité croissante de personnes dans le monde entier ont abandonné le paiement cash pour laisser place au paiement mobile ou par cartes », déclare Rajat Taneja, vice-président Exécutif de la technologie chez Visa. « Avec nos investissements technologiques en Asie et en Europe, nous étendons nos infrastructures pour faire face à la croissance exponentielle des paiements électroniques et mobiles, tout en maintenant un service sécurisé, pratique et permanent que nos clients et nos partenaires attendent ».

 

Les nouveaux centres de traitement de Singapour et du Royaume-Uni viennent renforcer les installations déjà existantes de Visa en Amérique du Nord. Avec quatre centres de données synchronisés, Visa augmentera la redondance et la résilience de son infrastructure, minimisant la probabilité de perturbations de service pour ses 16.600 institutions financières partenaires, pour les millions de points d’acceptation commerçants et pour ses 3 milliards de cartes en circulation.

 

Par ailleurs, les deux nouveaux centres sont équipés des toutes dernières technologies de pointe les plus performantes. Cela inclut des équipements de haute performance ainsi que des infrastructures de refroidissement éco-efficient. Visa prévoit de commencer à traiter les transactions mondiales dans les deux établissements à partir de 2018.