550 nouveaux radars fixes seront installés au Maroc

5437685854_d630fceaff_b-
199
Partager :

A l’occasion de la journée nationale de la sécurité routière, la Présidence du Ministère public a organisée, lundi 18 février à Rabat, une journée d’étude liée aux problèmes des infractions routières.

Le représentant du ministère de l’Équipement, du Transport, de la Logistique et de l'Eau, Noureddine Dib a indiqué que ce département avait installé en 2010 un total de 140 radars, ajoutant que ce nombre sera revu à la hausse prochainement, avec l’installation de 550 autres radars dans toutes les régions du Royaume.

Dans une allocution à cette occasion, le secrétaire général de la Présidence du Parquet général, Hicham Balaoui a mis en avant les efforts soutenus déployés en faveur de la sécurité routière, rappelant l’efficacité et l'efficience du traitement informatique des infractions au code de la route, en tant que chantier stratégique du département de la justice nécessitant encore plus d’efforts, en vue de contenir les problématiques enregistrées.

L'augmentation du nombre de radars aura sans doute un impact positif sur la baisse du nombre d’infractions, a de même rappelé le responsable, évoquant à ce titre qu’il convient de repenser les méthodes actuellement utilisées pour réduire efficacement le fléau des accidents de la route, notamment à travers l’adoption des moyens adéquats, dont les radars.

Pour sa part, le représentant du Comité national de prévention des accidents de la circulation (CNPAC) a noté que la campagne lancée par le Comité est placée sous le signe "S'engager pour la vie", en tant qu'engagement moral englobant la mise en place d’infrastructures de qualité et le changement du comportement des conducteurs et des piétons.

Il a insisté sur la nécessité d’adopter des procédures modernes et efficaces accompagnant la cadence de la circulation pour réduire le nombre d’accidents graves dans les routes, investir davantage dans les nouvelles technologies et mettre à niveau l’arsenal juridique en la matière.

Ont pris part à cette rencontre des représentants du ministère de la Justice, du conseil supérieur du pouvoir judiciaire, du ministère de l’Équipement, du Transport, de la Logistique et de l'Eau et du CNPAC.