Choubani sur les pas de Benkirane interpelle une journaliste sur sa tenue

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :

couve-benkirane-choubani

De l’inquisition au parlement. Et l’inquisiteur n’est autre que le ministre des relations avec le parlement et la société civile. L’islamiste Mohamed Lahbib Choubani, pour ne pas le nommer, fait désormais attention aux tenues vestimentaires portées par les journalistes en couverture au sein de l’institution législative.

Le ministre/inquisiteur ne lésine pas sur les moyens pour traduire sa vision des choses, dans les faits. Et fort heureusement, cette fois-ci, ces moyens ne sont pas allés très loin. La victime, une jeune journaliste, n’a fait l’objet que d’une « simple » agression verbale.

Vertueux, pieux et personne d’une moralité sans limites, Choubani a vu dépassé toutes les règles de bienséance. On le donnait « insolent », mais de là à pouvoir heurter une journaliste pour une tenue qui n’a rien d’anormal, ni d’immoral, c’était imprévisible. L’on se demande même si c’était là, la vraie raison de cette terreur verbale.

On croyait qu’il avait d’autres chats à fouetter, et que ce genre de scènes était le dernier de ses soucis ! Mais oubliant ses priorités, il en trouve des nouvelles. Vendredi, Khadija Rehal, journaliste au quotidien Al Assima Post, allait vivre un choc. Une situation où la terreur verbale allait être conjuguée à l’abus de pouvoir. « Etes-vous fonctionnaire du Parlement ? », demanda-t-il à la journaliste sur le ton de l’inquisiteur fanatique … Lorsqu’il a su que Khadija Rehal est journaliste, il rétorqua : « Ta tenue vestimentaire n'est pas appropriée à cette respectueuse institution …».

Aucun signe d’irrespect envers l’institution législative. Khadija est habillée d’une robe évasée bleue et de bas noirs. Sans plus. Que voulait exactement le ministre ? Et quand bien même sa tenue ne correspondraient pas  normes voile ou Burqua de Choubani !

Khadij qui se croyait en sécurité, puisqu’elle exerçait correctement son métier à l’intérieur d’une institution sous haute sécurité, n’en croyait pas ses yeux. La violence vint d’un ministre, censé observer une conduite réservée, civique … respectueuse d’autant plus qu’il n’est pas le ministre de tutelle du parlement mais en charge des relations avec le parlement. Elle se laisse prendre en photo. L’objectif étant de montrer au grand public, sa tenue qui a suscité l’emportement d’un ministre, chargé de surcroit des relations avec la société … civile.

L’incident n’est pas sans rappeler la sortie, il y a quelques années de Abdalilah Benkiarne, alors seulement député contre une camérawoman de 2M « pur tenue vestimentaire non conforme ».