Zoo de Rabat : Naissance de 18 nouveaux nés de différentes espèces dont un zébreau

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :

zoo Le jardin zoologique national de Rabat a connu, durant le mois de mars 2014, la naissance de 18 nouveaux nés de différentes espèces : un zébreau, trois lionceaux de l'Atlas, un lémur catta, trois servals, trois mouflons à manchettes, sept cobes lechwe.

Il s'agit de la première naissance d'un zébreau au jardin zoologique national de Rabat : il est venu au monde après une période de gestation d'une  année et est issu d'un couple de zèbres arrivé, en 2010, au Maroc en provenance du zoo de Hanovre en Allemagne, indique un communiqué de la direction du jardin rendu public mercredi.

Les différents bébés peuvent être observés avec leurs mères, dès le 12 avril 2014, dans les différents espaces du zoo, lesquels espaces sont reconstitués à  l'image de l'habitat naturel de ces animaux.

Les nouveaux nés au jardin zoologique national de Rabat se portent bien et  bénéficient d'un suivi vétérinaire assuré par le personnel du jardin zoologique  national de Rabat : vaccinations et soins afin de favoriser leur acclimatation  à leur environnement, précise la direction du jardin.

Le jardin zoologique national de Rabat comporte cinq écosystèmes. A l'intérieur du zoo, plusieurs espaces thématiques sont aménagés, où les  visiteurs peuvent admirer in situ toute la richesse et la diversité de la faune  marocaine, saharienne et africaine : désert et montagnes de l'Atlas, savane  africaine, marécages et forêt tropicale.  Ce jardin zoologique, qui est une zone d'attraction en bonne et due forme,  dotée d'espaces de divertissement, de loisirs et d'activités ludo-éducatives, a  pour mission la conservation et la préservation des espèces sauvage, notamment  des espèces éteintes du milieu naturel telles les lions ou celles menacées de  disparition et joue un rôle en tant que plateforme récréative et de détente  axée sur l'éducation à l'environnement, se positionnant, ainsi, comme une  attraction ludoéducative prisée par les amateurs de la nature et de la faune  sauvage.

Il se veut également un centre d'études et de recherche pour la production  scientifique des connaissances sur les espèces notamment les espèces menacées,  leur comportement, leur mode de vie et leur biologie, pour une meilleure action  pour la restauration des écosystèmes naturels marocains dans le cadre d'une  étroite collaboration avec des institutions nationales telles le  haut-commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification,  qui assure la tutelle du Jardin zoologique national SA, la société de gestion  du site, ainsi qu'avec plusieurs institutions et organismes internationaux.