Aéroport : Ouf !! Enfin, la suppression de la fiche de police à compter d’aujourd’hui 16 septembre

5437685854_d630fceaff_b-
240
Partager :

Rabat – Ouf ! Les habitués des aéroports marocains n’auront plus à stresser à la recherche d’un stylo, d’une fiche à remplir à la hâte parce qu’on risque de rater son avion, parce qu’on a pris du retard à l’enregistrement.  

Ouf ! Fini aussi pour ceux qui ne savent ni lire ni écrire de mendier à un voyageur qui n’a qu’une envie, en finir avec les formalités d’embarquement et se retrouver dans son avion, de remplir à votre place la fiche de police aussi archaïque que les habitudes bureaucratiques. La décision de suppression de la fiche d’embarquement/débarquement contenant les informations sur les voyageurs au départ ou à l’arrivée au Royaume entrera en vigueur à compter d’aujourd’hui  lundi 16 septembre, a assuré une source sécuritaire.

Cette mesure, concernera, dans un premier temps, les postes frontières terrestres et aériens à savoir les aéroports et les points frontaliers terrestres, a précisé la même source.

Au niveau des postes frontières maritimes, à savoir les ports, cette fiche restera en vigueur durant une période supplémentaire de près de deux mois, dans l’attente de la mise en place d'une plateforme informatique à bord des navires, une opération qui se fait en coordination avec les compagnies maritimes concernées.

La suppression, dans un premier temps, par la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) de cette fiche au niveau des aéroports et des postes frontières terrestres, dans l’attente de la généralisation de cette mesure au niveau des ports dans deux mois, s’inscrit dans le cadre des efforts des services de sécurité visant à faciliter les procédures de voyage et à fluidifier davantage le passage au niveau des postes frontières, outre la réduction du temps de contrôle, selon la même source.

Cette mesure vient couronner les efforts déployés par les services de la DGSN pour développer le système de contrôle frontalier et assurer son efficacité à travers l’adoption d'un nouveau système informatisé de gestion des postes-frontières, connu sous l'appellation SGPF et qui permet la lecture numérique des passeports, l’insertion immédiate des informations personnelles dans les bases de données, outre la détection des documents falsifiés, conclut la même source.