Audiovisuel public : Et si Driss Jettou faisait fausse route…

5437685854_d630fceaff_b-
4067
Partager :

C’est en 2006 que la HACA, fraichement installée, a émis un avis favorable à la constitution d’un pôle public regroupant la SNRT et SOREAD 2M. L’objectif était de permettre à ce pôle public, à travers des synergies, de faire face à la libéralisation du secteur de l’audiovisuel, alors en perspective et qu’on imaginait la plus ouverte possible, et en même temps tenir tête à l’open sky audiovisuel investi pour une part par les chaines françaises et pour la plus grande part par les chaines arabes de tout acabit. Treize ans plus tard force est de constater que le pôle public n’a tenu aucun de ces défis, et même que rétrospectivement on peut se poser la question : Le choix d’un pôle public était-il judicieux et était-ce vraiment la voie pour doter le Maroc d’un audiovisuel performant ? Ces interrogations, fondées, conduisent à se demander si treize plus tard, Driss Jettou et ses équipes à la Cour des comptes font vraiment preuve de pertinence en remettant sut le tapis la formation d’un pôle public ? Ne serait-il pas plus judicieux d’inviter la HACA à reposer la problématique de l’audiovisuel dans sa globalité, voire demander à la Commission Spéciale sur le Modèle de Développement d’ouvrir un axe de sa réflexion sur la question et profiter de l’occasion pour écouter les opérateurs et les professionnels du secteur. 

En espérant qu’enfin le Maroc va prendre à bras le corps l’épineux sujet, voici l’essentiel de ce que dit la Cour des comptes. Selon son premier président, Driss Jettou qui s’exprimait mardi à Rabat, il y aurait « nécessité de rassembler et de rapprocher les composantes du secteur audiovisuel public dans un pôle unifié. ( Naïm Kamal)

"Une telle initiative a trop tardé et 13 ans après le lancement des premières étapes de la réforme, ce pôle audiovisuel public n’a pas encore été institué", a-t-il relevé dans un exposé sur les activités des juridictions financières en 2018 lors d'une séance commune des deux Chambres du Parlement. Ce pôle pourrait induire une nouvelle dynamique dans le secteur, à travers la modernisation et l’équipement des structures et engendrer la complémentarité et la synergie dans leurs activités, surtout dans le climat de forte concurrence des chaînes satellitaires étrangères, a-t-il estimé.

Le premier président a rappelé que "le Conseil supérieur de la communication audiovisuelle avait émis un avis en 2006 appuyant la nécessité de rassembler et rapprocher les composantes du secteur audiovisuel public dans un pôle public unifié,  et complémentaire, tout en bénéficiant des réalisations des deux sociétés actuelles".

De plus, selon M. Jettou, "la Cour observe que ces deux sociétés publiques, malgré leur situation financière difficile et qu’elles disposent du même président directeur général, elles ne forment pas un pôle unique leur permettant de travailler dans un environnement meilleur en ce qui concerne la coordination et la complémentarité des activités ainsi que l’économie dans la gestion des ressources".

A cet égard, il a noté que le paysage audiovisuel bénéficie d’un grand intérêt de la part des différents milieux de l’opinion publique, de même qu’il connaît des défis hautement importants, en raison des attentes du citoyen pour un service public de qualité et en amélioration continue au niveau supérieur requis, soulignant que ces défis concernent aussi le contexte de la concurrence aiguë que vivent les deux sociétés du fait de l’expansion accrue des activités des grandes chaînes satellitaires étrangères et de la multiplicité des médias modernes de communication.

M. Jettou a par ailleurs mis l'accent sur la situation financière délicate des deux sociétés publiques, précisant que "le résultat net de la SNRT s’est dégradé de façon considérable en 2012, année au cours de laquelle le déficit enregistré avait atteint 146,35 millions de DH". "Bien qu’elle ait connu une légère amélioration au cours des années suivantes, la SNRT affronte de nombreuses contraintes pour stabiliser sa situation financière", a-t-il fait remarquer.

Quant à SOREAD-2M, M. Jettou a indiqué qu’elle connaît une détérioration encore plus grave car elle enregistre depuis 2008 des résultats négatifs, notant que "la société a subi une perte annuelle en moyenne de 100 millions de DH durant la période 2008-2018, ce qui l’empêche de procéder aux investissements indispensables pour moderniser ses diverses structures".

Concernant les ressources financières, la SNRT compte essentiellement sur les subventions de l’État qui ont atteint en 2018 un montant de 931 millions de DH, alors que les ressources propres de la société provenant surtout de la vente des espaces publicitaires restent modestes, puisqu’elles n’ont guère dépassé les 13 % de son financement depuis 2013, a fait savoir M. Jettou.

En revanche, il confirme que la SOREAD-2M s’appuie pour son financement de façon substantielle sur les produits de la publicité, les subventions de l’État ne dépassant pas en moyenne, depuis 2013, les 50 millions de DH par an, soit 7 % des ressources de la société.

La Cour considère que le modèle économique appliqué par SOREAD-2M rend difficile la possibilité d’un compromis entre la profitabilité financière et les engagements en matière de service public, sachant que les cahiers des charges exigent des obligations déterminées relatives à la diffusion de la publicité.

Partant de son évaluation de la gestion des deux sociétés, a-t-il relevé, la Cour des comptes constate "le non renouvellement des contrats-programmes entre l’État et ces deux organismes publics depuis 2012, ce qui va à l’encontre du rôle stratégique attendu du secteur audiovisuel public et le met en situation de contradiction avec les dispositions de la loi 77.03 relative à la communication audiovisuelle qui prévoient que les dotations budgétaires de l’État aux deux sociétés soient accordées sur la base de contrats-programmes".