Azziman : L’école marocaine perd ses valeurs !

5437685854_d630fceaff_b-
361
Partager :

Omar Azziman, président du Conseil Supérieur de l'Éducation, de la Formation et de la Recherche Scientifique (CSEFRS), a présenté son rapport sur les valeurs au sein de l’école marocaine, ce mercredi 19 avril, au cours d’une conférence de presse. Un rapport qui n’est pas des plus rassurants.

Manque de civisme, dégradation des valeurs, triche, harcèlement et ségrégation sociale ont décidément fini par miner l’école marocaine, si l’on en croit le rapport d’Azziman.

Celui-ci indique qu’il y a une vraie dégradation des valeurs au sein de l’école marocaine. Force est de constater, comme le souligne le rapport lui-même, qu’il existe un véritable écart entre le comportement des élèves et les discours sur les valeurs, les droits et les obligations.

S’il y a bien une chose que ce constat prouve c’est que l’approche pédagogique n’a pas vraiment d’impact sur les conduites qui devraient découler de l’apprentissage des valeurs.

Pire : la triche, la violence, l’inégalité entre les sexes, le harcèlement et l’atteinte au respect de l’espace d’apprentissage ne régressent pas. Au contraire, l’école marocaine souffre de plus en plus de ces maux, de la même manière que la déchéance des règlements intérieurs des établissements scolaires et les pratiques portant atteinte à l’environnement et aux biens d’autrui vont crescendo.

Pour remédier à cela et trouver les solutions appropriées, le conseil préconise le recours à l’expérience de l’observatoire des valeurs et la mise en place d’observatoires régionaux.