CNP : Des journalistes déposent un recours contre les résultats des élections

5437685854_d630fceaff_b-
294
Partager :

Des journalistes ont déposé plainte devant le tribunal administratif de Rabat pour contester les résultats des élections du Conseil national de la presse qui ont eu lieu vendredi dernier

Cette plainte repose notamment sur le fait que ces élections sont illégales en raison de nombreuses violations commises rendant le processus de vote subjectif.

Ainsi, il a été constaté que le processus électoral s'est basé sur la décision de la Commission de supervision et non sur un décret ministériel, d'autant plus que l'Article 54 portant création du Conseil a limité le rôle de la Commission à la supervision technique et logistique sans pour autant l'autoriser à déterminer les modes de vote et de scrutin.

Il a également été noté que l'identification du statut d'électeur était en totale contradiction avec la loi en vigueur du Conseil national de la presse et que la Commission a défini un mode de scrutin dit de liste fermée qui ne reflète aucunement la volonté des électeurs, en plus d'écarter de manière flagrante les journalistes accrédités à l'étranger et d'adopter un modèle de vote hybride.

La plainte a mis en évidence la situation contradictoire de certains membres de la Commission entre leur statut d'arbitre neutre et de concurrent. Elle revient aussi sur les violations ayant marqué le processus dans sa globalité, à commencer par les opérations d'inscription dans les listes électorales jusqu'à l'annonce des résultats, précisant que la Commission de supervision a dépassé ses prérogatives, définies dans l'Article 54 de la loi du Conseil national de la presse, enfreignant ainsi les dispositions de cette loi et les statuts des journalistes professionnels.

La plainte s'est arrêtée sur les conditions posées par la Commission aux candidats et aux électeurs et qui sapent le principe de l'égalité des chances tout en étant incompatibles avec les exigences de la Constitution qui appelle à la création d'une instance de manière transparente et démocratique.

Elle a aussi rappelé que le syndicat convié à prendre part aux travaux préparatoires ne disposait pas du statut "le plus représentatif", comme le prévoyait expressément le paragraphe 5 de l'Article 425 du Code du travail. Il convient de noter que deux des trois listes concurrentes avaient annoncé le boycott des élections du Conseil nationale de la presse et avaient formellement demandé le retrait de leurs nominations de tous les bureaux de vote.

Les deux listes "Le Changement" et "Fidélité et responsabilité" avaient souligné que la raison de boycotter ces élections se fondait sur un ensemble de données et de déséquilibres qui ont grandement influencé le mode de scrutin et ont exclu un certain nombre de journalistes, en particulier des jeunes. Des journalistes de l'Agence Maghreb Arabe Presse (MAP), qui ont déposé un recours urgent devant le tribunal administratif de Rabat, ont aussi appelé à boycotter ces élections qui privent une partie importante du corps professionnel à voter.