Dans le pire pour le meilleur

5437685854_d630fceaff_b-
252
Partager :

Le Roi Mohammed VI a initié un fond spécial pour la gestion des effets et méfaits sanitaires et économiques du Coronavirus. Avec un budget initial de 10 milliards de dhs. Des personnes physiques et morales, publiques et privées y ont contribué. Sans crainte ni contrainte, un mouvement spontané s’est mis en branle et chaque jour apporte son lot de dons. Le Fonds a dépassé ce qu’il lui a été fixé et flirte au moment où nous mettons en ligne avec les 30 milliards de dhs. Il s’est transformé en fonds de solidarité. Mais ce ne sera pas suffisant. Car dès maintenant il va falloir penser à gérer l’après pandémie parce qu’il y aura une post-pandémie économique. Déjà les mesures d’urgence sanitaires, fermeture des restaurants, des hammams, des coiffeurs etc. ont laissé sur le pavé beaucoup de gens. D’autres suivront, sans parler de l’informel. C’est dire que de la manière dont nous nous serrons les coudes dépend notre sortie de la pandémie et de ses méfaits sur notre santé et notre économie. Et c’est là que je m’adresse ceux qui ont trouvé chez eux suffisamment de cash et d’argent sur leurs comptes bancaires pour aller s’approvisionner dans la bousculade, parfois dans la honte, pour se mettre à l’abri. Pas pour leur en vouloir d’avoir failli ajouter à la peur de l’infection le chao de la panique. Mais pour rappeler qu’il faut penser aux autres. Donnez ! Un jour, une quinzaine, un mois, ce que vous pouvez de votre revenu ! Transformons le pire en meilleur ! Car ce qui est ne jeu ce n’est seulement notre santé ou notre survie, mais la cohésion sociale et nationale dans notre pays. NK