De jeunes marocains dorment dans des machines à laver pour fuir le froid

5437685854_d630fceaff_b-
823
Partager :

Dernièrement une photo montrant de jeunes marocains dormant dans des machines à laver à Paris a fait le tour des réseaux sociaux

C’est une française de 53 ans qui a fait cette découverte et posté la photo sur Twitter et Instagram. La dame qui se rendait dans un gymnase, dans le 18ème arrondissement, a vu ces trois jeunes marocains dormant dans une laverie automatique. Elle raconte au journal français Le Parisien : « c’est la première fois que je vois ça depuis douze ans » avant d’ajouter : « cela m’a touché et j’ai trouvé choquant de voir ces jeunes migrants dans cette situation. Quand j’ai montré cette image à mon entourage, on m’a conseillé de la partager sur les réseaux sociaux parce que c’était frappant ».

La photo, partagée sur Twitter et Instagram, a tout de suite attiré l’attention des gens. La dame rapporte que beaucoup lui ont demandé comment ils pouvaient aider ces jeunes et leur apporter des vêtements, pendant que d’autres ont suggéré qu’ils soient envoyés dans leur pays.

Le Parisien, qui s’est rendu sur les lieux, a en effet trouvé trois Marocains occupant les machines à laver. L’un d’entre eux, âgé de 15 ans, a déclaré qu’ils utilisaient les machines pour se réchauffer.

Pour rappel, environ 80 jeunes migrants marocains parcourent la région parisienne depuis près de deux ans. On les appelle les « enfants perdus », indique Le Parisien qui ajoute que la plupart d’entre eux ne parle pas français et sont des toxicomanes.

Selon Valerie Goetz, commissaire en chef du 18ème arrondissement, ces jeunes migrants commettaient de petits vols au début mais que maintenant ils ont commencé à fréquenter des personnes plus âgées qu’eux et qui font dans la contrebande de cigarettes.

Par ailleurs, le conseil de Paris a voté, tout récemment, un budget d’urgence de 700 000 euros accordé au centre d’action sociale protestant qui travaillera avec des associations spécialisées pour aider ces enfants. De son coté, l’association marocaine d’entraide aux mineurs en situation précaire œuvre à trouver les familles de ces jeunes et pour les sortir des rues de Paris.