Débat à Agadir sur la finance islamique et le développement durable

5437685854_d630fceaff_b-
154
Partager :

La contribution de la finance islamique au développement durable et les moyens de canaliser les investissements davantage vers la création de valeurs sont au cœur d'une conférence qui a ouvert ses travaux ce lundi 4 décembre à Agadir, avec la participation d'experts, professionnels et universitaires marocains et étrangers

Le débat placé sous le thème : "La finance islamique et le développement durable : vers un nouvel écosystème de création de valeur", se focalise sur les expériences régionales et internationales significatives dans le domaine du développement durable et la contribution de la finance islamique à cet effet.

Des intervenants provenant de l’Egypte, la Malaisie, l’Arabie Saoudite, l’Irak, la France, l’Algérie, le Yémen, le Soudan, l'Indonésie, la Turquie, le Canada, les Etats- Unis, le Royaumes unie, le Luxembourg, l’Inde, le Sénégal, le Sultanat d'Oman, la Palestine, la Jordanie et le Bahreïn, participent à ce conclave de deux jours.

Pour le président de l'université Ibn Zohr, Omar Halli, cette conférence internationale traduit l'intérêt grandissant pour la finance islamique, un marché prometteur pour le secteur bancaire au Maroc qui commence à marquer son empreinte dans le développement et la promotion des banques participatives.

Halli a notamment mis en exergue l'apport d’une génération de chercheurs ambitieux, possédant les outils nécessaires et la volonté de faire avancer ce secteur, dans le cadre de partenariats avec des organismes et universités de par le monde.

Dans ce sens, trois conventions de partenariat ont été conclus entre l’université Ibn Zohr d'une part et l’Université de technologie de Mara en Malaisie, l’université Zaim d'Istanbul, et l’institution ISRA (Malaisie), d'autre part.

Des représentants de ces trois institutions, ainsi que du Centre international de l’économie islamique (CIEI) ont relevé l'importance de favoriser la coopération entre chercheurs, universitaires et professionnels pour booster l'apport de la finance islamique dans le développement du système financier et orienter ce mode de financement vers l'investissement créateur de valeur ajoutée.

L'accent a été également mis sur l'impératif de promouvoir des formations bancaires et financières de qualité aussi bien pour les étudiants que les cadres des institutions financières afin de les initier aux techniques de financement islamique.

Au programme de la conférence d'Agadir figure une série de sessions plénières, d'ateliers et de posters sur les différents volets relatifs à la finance islamique et son apport au développement durable.