El Khalfi : La justice tranchera concernant les élections du CNP

5437685854_d630fceaff_b-
830
Partager :

La justice tranchera sur "ce qui est soulevé" à propos des élections relatives au Conseil national de la presse, a indiqué le porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi

Le pouvoir judiciaire sera l'arbitre en ce qui concerne les remarques soulevées à propos du déroulement de ces échéances, a souligné M. El Khalfi lors d'un point de presse à l'issue de la réunion hebdomadaire du Conseil de gouvernement, tenue sous la présidence du Chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani.

La création du Conseil national de la presse permettra de réglementer l'accès à ce métier, tout en garantissant un traitement équitable des affaires ayant trait à la vie privée des individus et des groupes, ou encore à la diffamation, a souligné le ministre, précisant qu'il s'agit là d'une institution de professionnels et éditeurs dotée d'une représentativité d'instances de manière à promouvoir les principes déontologiques du métier.

A rappeler que des journalistes de l'Agence Maghreb Arabe Presse avaient déposé plainte en référé auprès du tribunal administratif de Rabat afin d'invalider l'opération d'élection des membres du Conseil national de la presse, en raison de la privation d'"une partie non négligeable du corps journalistique d'exprimer sa voix".

De même, des journalistes avaient déposé plainte devant le tribunal administratif de Rabat pour contester les résultats des élections du Conseil national de la presse qui ont eu lieu vendredi dernier. Cette plainte repose notamment sur le fait que ces élections sont illégales en raison de nombreuses violations commises rendant le processus de vote subjectif.

Les listes "Le changement" et "Fidélité et responsabilité" s'étaient déclarées, avant le déroulement de ces échéances, non concernées par l'élection du Conseil national de la presse, et des conséquences qui en découleront. Elles s'étaient dites étonnées de constater qu’elles figuraient toujours sur le bulletin de vote unique "en violation flagrante des pratiques démocratiques qui devraient marquer toute élection et du principe de transparence et d’honnêteté".