El Mechrafi attaqué pour une gestion qui n'est pas la sienne

5437685854_d630fceaff_b-
891
Partager :

Le faux par l'usage du vrai est l'outil privilégié d'une certaine presse pur s'attaquer à des fins malsaines à Younès El Mechrafi, directeur général de la MDJS. La Cour des comptes épingle la gestion de son prédécesseur. Certains sites et journaux ne trouvent pas mieux que de fondre et confondre les périodes pour s'en prendre à Y. El Mechrafi. Explications de la MDJS

Les faits cités dans l’arrêt de la Cour des Comptes concernant la Marocaine des Jeux et des Sports (MDJS) sont intégralement contenus dans le rapport annuel de la Cour 2008 et sont relatifs à la période 1995 à 2008, indique la MDJS dans des précisions parvenues, jeudi, à la MAP.

"Ces faits concernent l’ancienne direction de l’entreprise. M. Younes El Mechrafi, actuel Directeur Général de l’entreprise, est totalement étranger aux faits relatés. Il occupait la fonction de Directeur Général de l’entreprise Archos Conseil en 2008", précise la même source.

M. El Mechrafi n’est pas fonctionnaire et ne perçoit aucune autre forme de salaire ou de traitement que sa rémunération en tant que Directeur Général de la MDJS, note la même source, ajoutant qu’il en est de même pour l’ensemble des salariés de l’entreprise.

La Cour des Comptes, qui effectue des contrôles réguliers de l’application de ces recommandations, a acté la mise en conformité totale de la MDJS avec ses recommandations successives, explique-t-on.

Depuis son arrivée à la tête de l’entreprise, M. El Mechrafi et son équipe ont mis en place une stratégie qui porte ses fruits, la croissance annuelle moyenne de la MDJS étant de 18% depuis 7 ans.

La MDJS rappelle que l’an dernier, elle a reversé, sous forme de lots gagnants, la somme de 1,3 Milliard de Dirhams à ses joueurs et que l’intégralité des bénéfices de l’entreprise est reversée au Fonds National du Développement du Sport (FNDS) afin de soutenir et de développer le sport au Maroc. La contribution au FNDS en 2017 s’est élevée à 345 Millions de Dirhams en hausse de 320% par rapport à 2010, poursuit la même source.

Le Directeur Général de la MDJS se réserve le droit de poursuivre en justice toute personne qui entretiendrait à dessein la confusion entre sa personne et les faits cités par la Cour des Comptes le 6 mars dernier, conclut la MDJS.