FAAPA: Hachimi Idrissi pour la coopération entre les agences africaines contre les fake news

5437685854_d630fceaff_b-
185
Partager :

Rabat - Le président de la Fédération Atlantique des agences de presse africaines (FAAPA), Directeur Général de la MAP, M. Khalil Hachimi Idrissi, a appelé, vendredi à Rabat, à renforcer davantage la coopération des agences de presse africaines, en favorisant des partenariats stratégiques dans tous les domaines d'intérêt commun, pour faire face à la prolifération des fake news.

Dans ce discours à l’occasion de la 5è Assemblée générale de la FAAPA s'est tenue à Rabat le 29 novembre en présence de plusieurs directeurs généraux des agences de presse africaines, de représentants des partenaires de la Fédération, ainsi que de la nouvelle Secrétaire générale de l'Organisation des agences de presse d'asie-pacifique (OANA), Mme Dong Min Lee, Khalil Hachimi Idrissi a souliogné que la FAAPA représente « une des digues essentielles contre le tsunami des fake news",

"Ce sont les agences de presse africaines, a-t-il dit, qui peuvent, par la qualité de leur travail, barrer la route à cette plaie des temps modernes qui pollue de plus en plus, aujourd'hui le paysage médiatique et dont les acteurs connus ou inconnus n’ont aucun scrupule vis-à-vis des principes d’éthique et de déontologie".

"Dans ce contexte, nous pensons qu'il est fondamental d’accorder plus d’importance à la concertation et la coordination entre les agences de presse africaines qui demeurent les sources les plus crédibles dans le domaine de l’information, sachant que la FAAPA continue à innover, à se développer et à rayonner tant à l'échelle africaine qu’internationale", a ajouté M. Hachimi Idrissi.

M. Hachimi Idrissi a rappelé que la Fédération est l’un des groupements professionnels les plus importants, qui est devenue un leader des nouvelles africaines, avec une plateforme professionnelle qui regroupe une trentaine d’agences de presse du continent.

Une convention FAAPA-Policy Center for the New South

A cette occasion la Fédération atlantique des agences de presse africaines (FAAPA) et le think tank Policy Center for the New South (PCNS) ont signé, vendredi à Rabat, une convention de partenariat afin de promouvoir leur coopération et consolider et développer leur collaboration.

Signée par le président de la FAAPA, Directeur Général de la MAP, Khalil Hachimi Idrissi et le président du PCNS, Karim El Aynaoui, cette convention vise à développer l'effectivité des deux parties à travers notamment la conception et la mise en œuvre d’initiatives et d’activités conjointes dans les domaines de la formation, de l’information et de la communication, du multimédia et des nouvelles technologies et dans tout autre domaine d’intérêt commun.

Le but de cette convention est de créer un cadre de concertation et d’entente et de faciliter la coopération entre les deux parties pour la réalisation de leurs objectifs communs.

Ces objectifs seront atteints grâce, d’une part, à un dialogue permanent et des réunions entre le PCNS et la FAAPA et d’autre part à la définition et l’exécution des engagements entre les parties pour mettre en place les activités, les projets et les programmes ultérieurs.

Les domaines de la coopération entre les parties portent notamment sur la recherche et le développement, la réflexion sur les nouveaux médias, la formation professionnelle, l’information et la communication, le multimédia, en plus de l’organisation de rencontres et séminaires sur des thèmes d’intérêt commun.

Une école de formation

A signaler que la FAAPA,  fédère les efforts des agences de presse africaines dans le domaine stratégique de la formation, avec la création du Centre africain de formation des journalistes (CAFJ) qui accueille chaque année une soixantaine de journalistes des agences de presse africaines dans le cadre de séminaires de formation sur des thématiques aussi riches que variées, a indiqué.

Le dernier en date a été placé sous le thème "Leadership féminin: besoins et stratégies des agences de presse africaines", avec la participation de 25 femmes journalistes et cadres et a été couronné par la création du réseau des femmes leaders des agences de presse africaines, qui vient renforcer les autres plateformes de la FAAPA tels que le forum des directeurs de l’information et le réseau des IT managers.

Par ailleurs, la création du Grand Prix de la FAAPA a permis à la fédération de récompenser l'excellence au sein des agences de presse africaines en décernant chaque année aux journalistes des prix pour le meilleur article, la meilleure photo et le meilleur reportage vidéo.

Une plateforme professionnelle pour l'échange d’expériences

Lors de la cérémonie d'ouverture, un film institutionnel a été projeté retraçant les moments marquants de la Fédération depuis sa création le 14 octobre 2014 à Casablanca, avec notamment la mise en place du CAFJ et la tenue des différents conseils exécutifs et séminaires de la FAAPA au Royaume et dans des pays africains.

L'Assemblée générale a également été animée par la présentation d'une communication sur le thème "Quel modèle économique pour la presse aujourd’hui : La presse papier est-elle condamnée à disparaître" et par un séminaire sous le thème "Le modèle historique et unique de l’agence de presse est mort, inventez votre avenir" par une pléiade d'experts médiatiques.

La deuxième journée de cette Assemblée générale a connu également la présentation du rapport d'activités de la FAAPA, son plan d'action 2020, un rapport de la 7è réunion du Conseil exécutif tenue à Praia et les statistiques sur le site web de la FAAPA.

Basée au Maroc, la FAAPA constitue une plateforme professionnelle pour promouvoir l'échange d’expériences, des informations et produits multimédias, ainsi que l’échange d’idées et de réflexion sur l’avenir des agences de presse africaines et sur le rôle qu’elles doivent jouer au 21ème siècle dans leurs diversités et leurs spécificités respectives.

La FAAPA a notamment pour objectifs d’asseoir un partenariat stratégique et de développer des relations professionnelles entre les agences de presse membres, outre la contribution à consolider la libre circulation de l’information, ainsi que le renforcement de la coopération et de la coordination au niveau des forums régionaux et internationaux.