Fuite des cerveaux: Ces jeunes compétences marocaines en France qui inversent la tendance

5437685854_d630fceaff_b-
759
Partager :

Paris - Alors que d'aucuns alertent sur la fuite des cerveaux marocains à l'étranger, un phénomène très répandu parmi les ingénieurs, les médecins et les lauréats des grandes écoles, d'autres préfèrent braquer les projecteurs sur les jeunes compétences formées dans les plus prestigieuses universités, écoles et instituts supérieurs d'Europe, tout particulièrement en France, qui optent pour rentrer au Maroc ou aspirent à le faire.

Leurs motivations divergent. Elles vont du personnel au professionnel, mais elles se rejoignent toutes dans un souhait de participer à la dynamique enclenchée dans le pays ces dernières années, et qui le rend plus attractif auprès de ces jeunes.

Dans ce cadre, la capitale française a accueilli tout récemment le Forum Horizons Maroc (FHM), principal salon de recrutement des jeunes étudiants et professionnels marocains et étrangers intéressés par le Maroc. L'occasion de constater ce changement de tendance chez beaucoup de jeunes marocains installés en France, aussi bien ceux fraîchement diplômés ou ceux ayant déjà accumulé une belle expérience.

Ils étaient des dizaines à défiler devant les stands des différentes compagnies, groupes publics et privés marocains et étrangers présents à ce forum à la recherche de profils hautement qualifiés parmi la diaspora marocaine de France désireux de décrocher un job au Maroc.

Des jeunes qui viennent de décrocher leur diplôme, mais aussi des chevronnés qui ont accumulé des années d'expérience dans les plus grandes entreprises françaises ou étrangères installées dans l'hexagone, se sont donné rendez-vous lors de ce forum, certains sondant le marché de l’emploi au Maroc, d’autres cherchant une opportunité à saisir pour faire les valises et regagner la mère patrie.

Les uns souhaitant amorcer leur parcours professionnel au Maroc, une fois le diplôme en poche, d'autres désireux de capitaliser sur leur riche expérience en France pour donner un coup de pouce à leur carrière, cette fois-ci au Maroc.

Approchés par la MAP lors de cet événement, ils étaient nombreux à étaler les raisons derrière ce choix. Quoique différentes, leurs motivations se croisent toutes dans un souhait de contribuer au développement du Maroc, tirant profit de la dynamique que connaît le Royaume ces dernières années.

C’est le cas de Mohamed, chef de projet digital en France, mais aussi de Meryem, bancaire chez BNP Paribas ou encore de Rachid, expert en recherche et développement. "Je voudrais bien évidemment contribuer au développement de mon pays, mettre en exergue mes compétences et mon expérience que j’ai acquise à travers mes formations, pour le bien de mon pays et au profit de son économie, de son épanouissement et de son développement", a confié Mohamed à la MAP.

Outre les raisons familiales, le côté économique a tout son poids dans la prise de cette décision, explique-t-il, mettant en avant le développement de l’économie et les opportunités qui s’ouvrent devant les jeunes et “qu’on ne pourrait pas trouver forcément en France”.

Installée en France depuis dix ans, Meryem veut, elle aussi, changer de cap, rentrer au Maroc à la recherche d’une meilleure qualité de vie, mais surtout pour contribuer au développement de son pays. Dans un premier temps, elle entend travailler pour une grande compagnie avant de se lancer, à moyen terme dans l’entrepreneuriat, affirme-t-elle.

Pour sa part, Rachid, fort d’une expérience d’une quinzaine d’année dans l’hexagone, explique que les entreprises marocaines présentes au forum ouvrent beaucoup d’horizons aux jeunes diplômés ou les expérimentés établis en France. Le Maroc commence à bien se développer et il y a des opportunités qui s’ouvrent y compris dans le domaine de la recherche et développement, dit-il.

"Pour moi qui dispose de pas mal d’années d’expérience dans la R&D, ça ne peut être qu’une vraie opportunité pour progresser dans ma carrière, et cerise sur le gâteau, me rapprocher de ma famille”, affirme-t-il.

Même constat chez les recruteurs, dont Khalid Benghanem, Directeur des ressources humaines au groupe Taqa Morocco, qui a pris part à ce forum en vue de dénicher des candidats potentiels pour les projets de son groupe au Maroc. “Ce qui est intéressant à noter c’est qu’il y a beaucoup de candidats intéressés à revenir à leur pays. Ils avancent pratiquement les mêmes raisons, il y a un peu du personnel, mais ils veulent tous participer au développement du Maroc”, a-t-il déclaré à la MAP.

La 24ème édition du Forum Horizons Maroc (FHM), principal salon de recrutement des jeunes étudiants et professionnels marocains et étrangers intéressés par le Maroc, s’est tenue dimanche dernier à Paris, avec un accent particulier sur l’Afrique .

Organisé à l’initiative de l’Association des Marocains en Grandes Ecoles et Universités (AMGE-Caravane), ce forum est devenu un rendez-vous incontournable des professionnels de tous bords désireux de saisir les opportunités qu’offre le Maroc tant sur le plan de l’emploi que celui de l’investissement.