Hôpitaux français : Les marocains, plus “mauvais payeurs” après les algériens

5437685854_d630fceaff_b-
1356
Partager :

Après avoir accumulé une dette totale de 7,3 millions d’euros, les Marocains qui veulent se faire soigner en France ne sont plus les bienvenus dans les hôpitaux. Ils sont taxés de « mauvais payeurs »

Selon un rapport de l'AP-HP sur les factures impayées dans les hôpitaux français, les Algériens se sont classés en tête de liste avec une dette de 28 millions d'euros. Les Etats-Unis d'Amérique et les ressortissants tunisiens font également partie de ces mauvais payeurs qui ne règlent pas leurs factures hospitalières en France avec un total de 3,95 millions d'euros et de 2,97 millions d'euros respectivement.

Ces montants considérables concernent uniquement les patients étrangers qui ne résident pas en France et dont la pathologie nécessite un traitement dans les hôpitaux de Paris. Les hôpitaux français, qui n'ont jamais exigé d'avance le paiement d'une hospitalisation pour les étrangers, ont désormais décidé de limiter l'hospitalisation des étrangers en France en modifiant le mode de paiement.

Les étrangers sont donc désormais tenus de soumettre des documents prouvant leur solvabilité avant de recevoir toute forme de soins. Cette nouvelle disposition ne concerne que les hospitalisations programmées, pas les cas d'urgence.

Au fil des années, les patients étrangers ont ainsi laissé derrière eux une dette de 120 millions d'euros pour les hôpitaux parisiens à fin 2014. Les hauts fonctionnaires étrangers qui se rendent en France pour se faire soigner sont également considérés comme de mauvais payeurs.

En 2015, la visite du roi saoudien en France a suscité la controverse sur le non-paiement allégué d'une facture de 3,7 millions d'euros aux hôpitaux de Paris. Dans un tweet, le célèbre médecin et militant français, Patrick Pelloux, a rappelé que le royaume arabe devait 3,7 millions d'euros à l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP). « Avant de partir, le roi d'Arabie saoudite pouvait payer ses factures de 3,7 millions d'euros aux « hôpitaux de Paris. Un geste de politesse! » indiquait le tweet.

Ce dernier qui a fait polémique a atteint les représentants des Hôpitaux de Paris qui ont confirmé les allégations. Selon les médias français, la dette n'est pas seulement la responsabilité du roi Salmane. Les 3,7 millions d'euros incluent de nombreux Saoudiens traités à Paris.

Ces types de dettes sont un problème récurrent puisque les fonctionnaires étrangers ne sont pas tenus par la loi de payer ces factures d'hôpital au moment du service.