L’Académie du Royaume du Maroc met en place « Collège de France au Maroc »

5437685854_d630fceaff_b-
719
Partager :

L’Académie du Royaume du Maroc a mis en place le cycle de conférences “Collège de France au Maroc”, en collaboration avec l’Institut français du Maroc

La première conférence a été donnée par la Professeure Anne Cheng, membre du Collège de France à Paris, sous le thème « Entre orientalisme et modernité: la Chine, miroir ou Autre de l’Europe ? », le mercredi 27 juin 2018 à 18h00, au siège de l’Académie du Royaume du Maroc.

Dans le cadre des initiatives de l’Académie du Royaume du Maroc et du Collège de France en faveur du rayonnement de la pensée scientifique, de la promotion du débat d’idées, du dialogue entre les cultures et de la recherche de haut niveau, un cycle de conférences est mis en place à l’Académie du Royaume du Maroc en collaboration avec l’Institut français du Maroc.

Ce cycle fait intervenir des professeurs et chercheurs du Collège de France, d’origines et disciplines différentes. Pour 2018 la question de la modernité a constitué le fil conducteur des rencontres du cycle “ Collège de France au Maroc ”.

« Dans quasiment toutes les sociétés, à des rythmes différents selon les latitudes, nous assistons à l’émancipation de l’individu vis-à-vis de l’ordre, longtemps jugé intangible, de la nature et de la société. Nous voyons s’imposer, dans tous les registres de l’existence, des systèmes ouverts fondés sur la liberté de la personne humaine. C’est la démocratie dans le champ politique, le marché sur le plan économique, la science et l’innovation dans le domaine du savoir et des techniques, la libre création dans l’ordre esthétique », a déclaré Abdeljalil Lahjomri, secrétaire perpétuel de l’Académie du Royaume du Maroc.

Il a ajouté : « ce processus de modernisation, qui s’accompagne de la décomposition des ordres traditionnels, fondés sur la primauté du collectif, donne lieu sinon à de violentes contestations, du moins à d’intenses débats. L’objectif du cycle est d’examiner, avec les professeurs du Collège de France, l’état des processus de modernisation dans les différents champs de la société comme dans les diverses aires culturelles ».

Née à Paris de parents chinois, ancienne élève de l’Ecole normale supérieure, Anne Cheng a mené ses recherches et son enseignement depuis près de 40 ans au CNRS, puis à l’INALCO et à l’IUF.

Elle est aujourd’hui titulaire de la Chaire d’Histoire intellectuelle de la Chine au Collège de France. Elle s’intéresse à l’histoire des idées, et plus particulièrement du confucianisme, en Chine et dans les cultures voisines. Parmi ses nombreuses publications dans ce domaine figurent notamment une traduction des Entretiens de Confucius et une Histoire de la pensée chinoise, toutes deux publiées aux Editions du Seuil.

Depuis 2010, elle co-dirige aux Belles Lettres la collection bilingue “Bibliothèque chinoise”, déjà forte de près d’une trentaine de volumes parus.