L'IRCAM célèbre à Rabat la journée mondiale des enseignants

5437685854_d630fceaff_b-
759
Partager :

L’Institut Royal de la Culture Amazigh (IRCAM) a célébré, ce jeudi 5 octobre à Rabat, la journée mondiale des enseignants sous le thème "Tous pour l’amélioration de l’enseignement de la langue amazighe", en présence de plusieurs professeurs, cadres et chercheurs spécialisés dans la langue et la culture amazighe

La journée mondiale des enseignants, célébrée le 5 octobre de chaque année, vise à valoriser le capital humain comme étant le pilier fondateur des sociétés dont le développement dépend de l’éducation et de l’enseignement des individus. Par conséquent, l’école joue un rôle important dans ce domaine, particulièrement les enseignant(e)s qui sont chargés de grandes missions qui ne peuvent être négligées. Dans une allocution de circonstance, le doyen de l’IRCAM, Ahmed Boukous, a indiqué que depuis sa création, l’Institut est le seul établissement à célébrer cette journée afin de louer le rôle des enseignant(e)s en général et des enseignant(e)s de la langue amazighe, en particulier, ajoutant qu’il faut reconnaître leurs contributions surtout de ceux qui travaillent dans des conditions difficiles.

Boukous a également fait savoir que le nombre des élèves qui poursuivent leurs études en langue amazighe est passé de 600.000 à 400.000 à cause de la baisse du nombre des enseignants spécialisés dans cette langue, appelant à faire preuve de plus de patience et à redoubler d'efforts afin de surmonter cette situation.

Pour sa part, le directeur du centre de la recherche didactique et des programmes pédagogiques relevant de l'IRCAM, Abdeslam Khalafi, a souligné que la journée mondiale des enseignants est non seulement une occasion pour s’arrêter sur "la grandeur et la noblesse de la mission des enseignant(e)s", mais aussi pour poser des questions relatives à la situation de cette catégorie et sur ses conditions de travail.

Khalafi a relevé que les enseignants sont le pilier du système éducatif et son capital le plus précieux, comme a été établi par l’UNESCO et soutenu par l’ensemble des expériences internationales dans le domaine de l’enseignement, saluant ainsi leurs contributions à la réalisation du développement.

Une table ronde sur les moyens susceptibles d’améliorer l’enseignement de l’amazighe a été organisée à cette occasion au cours de laquelle ont été présentés l’étude sur l’évaluation des apprentissages en amazighe, le rapport sur la situation de l’enseignement de l’amazighe dans la région Souss-Massa, le guide de l’enseignant(e) de l’amazighe et quelques outils pour l’enseignement-apprentissage de tifinaghe.

Des hommages ont été rendus par la même occasion à la Direction provinciale Al-Haouz, à l’Académie Régionale Marrakech-Safi, l’école Al-Atlas et la Direction provinciale Al Haouz ainsi qu'à Mme Chadia Derkaoui, professeur de l’enseignement supérieur, Aicha Iouraghene, formatrice, Ahmed Lahjou, inspecteur pédagogique, Karima Daanoun, enseignante, Réseau Medersat.com et à Aziz Mobarik, enseignant de l’enseignement primaire.