La défense de Bouachrine doute de la neutralité des juges

5437685854_d630fceaff_b-
442
Partager :

La défense de Taoufik Bouachrine, vient de déposer une demande un renvoi pour cause de suspicion légitime devant la Cour de cassation

Durant l’audience qui a eu lieu ce mercredi 11 avril, l’avocat Mohamed Ziane a fait savoir que la défense doute de la neutralité de l’instance présidée par le magistrat Bouchaib Farih.

Il a déclaré au président que « votre honorable instance est loin de la neutralité requise pour le traitement de ce dossier ». En effet, la défense, reproche au juge « d’avoir attribué la qualité de partie civile à trois déclarantes, en omettant de consulter son client et sa défense ».

De son côté, le magistrat a rétorqué que « vous nous présentez un point qui est actuellement entre les mains de la juridiction compétente. L’examen du dossier par notre instance ne s’arrêtera que lorsqu’une décision sera prise en ce sens ». Il a également rappelé que l’article 271 du code de procédure pénale indique que la requête de renvoi pour suspicion légitime n’a pas d’effet suspensif.

Par ailleurs, Maître Ziane n’a pas lâché le morceau et a fait comprendre au magistrat qu’il pouvait se dessaisir lui-même du dossier en lançant qu’il appartenait à une école de se  désister de son plein gré s’il était mis en doute.

Pour rappel, la Cour de cassation peut dessaisir toute juridiction d’instruction ou de jugement en cas de suspicion légitime. Dans ce cas, la connaissance de l’affaire devra être renvoyée à une autre juridiction du même ordre.

Rappelons également que ce n’est pas la première fois que la défense de Bouachrine dénonce des failles dans le dossier du journaliste poursuivi pour viols et traite d’êtres humains.