La fondation M'jid rend hommage à Pierrette M’jid

5437685854_d630fceaff_b-
742
Partager :

La fondation M'jid a rendu un vibrant hommage à Pierrette M'jid, veuve de l'ancien président de la fédération royale marocaine de tennis, Mohamed M'jid, qui a rendu l'âme lundi dernier à l'âge de 67 ans

"Le Maroc a perdu une grande dame. La fondation M’jid a perdu sa 2ème moitié", indique la fondation dans un témoignage, relevant que "si le bénévolat existe encore c’est à travers des personnes comme Pierrette M’jid, cette "dame profonde au grand coeur qui mettait un point d’honneur à aider son prochain".

"Dresser le parcours de Mohamed M'jid, sans citer la compagne de sa vie est une chose impossible. (...) Elle a su reprendre le flambeau après le décès de son mari. Pierrette, la femme franche, brillante, et volontaire mettait un point d’honneur à aider son prochain ! Elle avait bel et bien besoin de ça pour vivre. Ceci la rendait heureuse", indique la Fondation, rappelant que "c’est à l’âge de 20 ans que cette jeune infirmière-anesthésiste est arrivée à Safi. Et c’est un certain 07 septembre 1963 qu’elle s’est vu décerner le brevet de femme aviatrice dans la même ville".

"Sa vie, elle la confia à son mari. Ses convictions étaient siennes, ses combats aussi. Pierrette a toujours su comment soutenir Mohamed M’jid qu’il s’agisse de ses incarcérations en tant que résistant ou dans sa vie de tous les jours entre les actions caritatives et les débats culturels", selon la Fondation, qui ajoute que Mme M'jid "était dans le social, dans le partage".

"Peu importe l’âge et l’épreuve du temps, Pierrette allait toujours de l’avant. Sa dernière action date d’à peine quelques mois où, lors d’un voyage en compagnie de quelques membres de la fondation M’jid à Erfoud, Pierrette M’jid a pu sauver la vie d’un père et de ses trois enfants handicapés en leur assurant un logement à Errachidia avec tous les aménagements nécessaires au lieu de la grotte qui leur servait de toit", relève la même source, notant qu'une aide mensuelle a été mise à leur disposition. Cette action a été rendue possible avec l’aide de l’équipe de bénévoles de la fondation M’jid, "une équipe soudée, motivée qu’elle a su fédérer tout au long des années (...)", poursuit la Fondation.

Et de souligner que "des hauts fonctionnaires aux gardiens de voitures, tous appréciaient la personne de Pierrette. Son dévouement à la cause de la fondation M’jid, son acharnement à se battre pour la cause ne sont que la révélation de sa grandeur d’âme. Une dame profonde au grand cœur".

Pierrette M’jid a été inhumée mardi après la prière de Laassar au cimetière de Errahma.