La MAP recadre le « leadership » du syndicat de la presse (SNPM)

5437685854_d630fceaff_b-
343
Partager :

« Ni la diffamation, ni le mensonge, ni l’intimidation, style habituel d’un leadership failli, produit des pires pratiques populistes, ne peuvent venir à bout de notre conviction »

« Dans la perspective de l’élection des instances du Conseil National de la Presse (CNP), quelques dirigeants égarés du SNPM, aveuglés par une ambition personnelle illégitime, ont inspiré à la FIJ [fédération internationale des journalistes] réunie à Marrakech, un communiqué contre la MAP dans lequel, comme d’habitude, ils travestissent la réalité, portent préjudice à une institution nationale et font peu de cas de l’éthique et de la déontologie », souligne un communiqué de la MAP.

Ce dernier indique : « nous ne sommes pas étonnés par cette démarche, ces individus ont toujours été au service d’un agenda étranger ».

Par ailleurs, le communiqué affirme qu’une fraction importante des journalistes de la MAP a été exclue des élections du Conseil National de la presse, ajoutant que « le mode de scrutin inique de liste fermée adopté pour ces élections visant à sélectionner une liste particulière, est anti-démocratique et il est attaqué par les journalistes devant la justice ».

Toutes les listes concurrentes se sont retirées considérant que la compétition est déloyale et truquée. Elles ont également introduit des recours devant la justice, selon la même source.

A l’évidence, l’élection de ce conseil national de la presse ne comporte pas les assurances objectives concourant à la création d’une instance crédible et consensuelle pouvant bénéficier d’une autorité morale légitime.

« Ni la diffamation, ni le mensonge, ni l’intimidation, style habituel d’un leadership failli, produit des pires pratiques populistes, ne peuvent venir à bout de notre conviction considérant que si l’élection des instances du CNP doit avoir lieu, elle ne peut donner un avantage à un leadership disqualifié, depuis longtemps, sur le plan moral et incapable de faire vivre un esprit de déontologie tellement il est obnubilé par le pouvoir sans partage et assujetti à la défense de ses intérêts personnels étroits par le chantage et la diffamation », déclare la MAP.

Ce dernier poursuit : « malgré toutes ces réserves, et en attendant que la justice, qui a toute notre confiance, se prononce sur le fond des recours introduits, si les élections des instances du CNP arrivent à barrer la route aux individus disqualifiés moralement et discrédités sur le plan déontologique, on aurait évité le pire à notre secteur déjà miné par une crise multiforme ».

Et le communiqué de conclure : « nous saluons dans ce sens tous les efforts actuellement entrepris par le ministère de la communication, notamment par le ministre Mohamed Laaraj, pour rehausser le niveau moral de ce conseil et pour circonscrire cette crise éthique dont tous les professionnels sont victimes ».