Le site de Marchica accueille la future Cité des métiers et des compétences de l'Oriental

5437685854_d630fceaff_b-
331
Partager :

Oujda – Le site de Marchica, à Nador, a été choisi pour accueillir la future Cité des métiers et des compétences (CMC) de la région de l’Oriental sur une superficie de 12 hectares, a affirmé, mercredi à Oujda, la directrice générale de l’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT), Loubna Tricha.

Les études topographiques et géotechniques sont aujourd’hui réalisées et que la CMC de l’Oriental devrait entrer en activité dès 2021, notant que la zone de Marchica offre un cadre agréable pour accueillir les stagiaires.

Le lieu choisi respecte la logique de l’ancrage économique, compte tenu des grands chantiers structurants lancés dans la région, notamment le port Nador West Med en cours de construction et l’aménagement de la baie de Marchica, mais aussi la logique de complémentarité avec le dispositif existant, sachant que la ville de Nador n’a plus connu la construction de centres de formation professionnelle depuis 1983.

La CMC de l’Oriental comprendra 8 pôles spécifiques, à savoir l’industrie, le digital et l’offshoring, l’administration, gestion et commerce, l’agriculture, les métiers de la santé, le tourisme et l’hôtellerie, le BTP et les services à la personnes.

Le workshop, qui a été marqué par l’approbation de la carte de formation de la future CMC de l’Oriental, dans le cadre de la concertation avec les acteurs régionaux et locaux, avait pour objectif de s’assurer de la pertinence de cette carte proposée par les professionnels et enrichir si nécessaire l’offre de formation suggérée.

La cité comprendra 60 filières de formation, 80 pc en formation diplômante et 20 pc en formation qualifiante, pour un total de plus de 2.800 places pédagogiques, en comptant les 420 places de l’Institut agroalimentaire de Berkane, qui sera rattaché à la CMC en tant qu’antenne.

Proposant une offre de formation diversifiée et moderne avec des effectifs rationnalisés, la carte de formation est clairement tournée vers les nouveaux métiers. Les filières inédites, qui seront créées pour la première fois, représentent 78 pc du total des filières. Les 22 pc restants concernent des filières existantes qui seront maintenues et actualisées.

La totalité des filières des pôles agriculture, services à la personne et métiers de la santé sont ainsi à créer, de même que dix des onze filières du pôle digital et offshoring ou encore la moitié des filières du pôle industrie.

Le CMC reste extensible et pourrait accueillir, lors d’une deuxième phase, des formations supplémentaires en fonction des besoins qui vont émerger et seront nécessaires pour accompagner le développement de la région.