Marche Verte : En 43 ans, le Sahara Marocain est devenu un havre de paix et de prospérité

5437685854_d630fceaff_b-
325
Partager :

Début Octobre 1975,  la Cour Internationale de Justice (CIJ ) de La Haye  reconnut l’existence de liens entre les tribus sahraouies et le Royaume Chérifien. Des liens qui remontent  bien avant la conquête espagnole de 1884.

Le 23 octobre 1975, dans un élan patriotique  indescriptible,  un premier convoi de marcheurs avait déjà pris position à Tarfaya.

Le 6 novembre 1975, à l’aube, un cortège de 350.000 Marocains est en route vers le Sud du Royaume pour libérer pacifiquement le Sahara marocain du colonialisme espagnol, à la suite de l’arrêt rendu par la CIJ.

Après  plus de trois heures de marche le magma humain  pacifique a franchi la frontière fantoche, munis d’un exemplaire du Saint Coran dans une main et du portrait de Feu SM le Roi Hassan II dans l’autre.  

Pris à court par la pertinence de la cause,  la  justesse  et le courage des marcheurs patriotes, le colonisateur n’avait plus de choix que de s’éclipser sans tirer un seul coup de feu.  

Naturellement,  le défi était gigantesque : nos provinces récupérées devaient s’émanciper  et leurs habitants  retrouver la quiétude   et la joie des retrouvailles. 

Le Maroc s’est mis illico presto à l’œuvre pour asseoir les structures de base d’un développement durable dans ce désert qui ne comptait  que quelques casernes et des pattés de maisons dispersées. Quarante trois (43) ans après, ces provinces sont devenues un havre de paix et de prospérité. 

Des  plans de développement avec des centaines de milliards de dirhams ont été alloués pour  réussir la transformation : un soutien politique  et financier combiné à une volonté  royale agissante , et à une conviction puissante  du peuple marocain, des partis politiques nationalistes et surtout des implications des populations locales pour ériger cette région en pôle de développement encore plus prospère que ceux du Nord du pays  et un modèle de développement  de proximité. En somme, permettre aux sahraouis marocains de vivre sans peur  et tout en assumant  leurs responsabilités et gérer eux-mêmes leur avenir.

Beaucoup de chemin a été parcouru dans le chantier des réformes et de la mise à niveau de ces provinces chères aux Marocains, et la cadence de construction est passée à la vitesse supérieure.

Le Maroc a décidé d’agir et de respecter les échéances, convaincu que l’entêtement des obstructionnistes, à l’intégrité du Sahara marocain, ne reviendront 

jamais à la raison.  Le Maroc  a entamé effectivement la mise en branle de son projet de régionalisation, pour cette partie du Royaume également du moment qu’elle fait partie intégrante du pays et le restera pour l’éternité, n’en déplaise aux « autres » qui doivent changer de lunettes.  Le Maroc n’a pas de temps à perdre dans la diatribe, le terme ne le pardonne pas car l’avenir des générations futures en dépend. Sa Majesté  le Roi Mohammed VI n’a pas besoin de recourir aux subterfuges pour masquer la réalité : notre position est soutenue dans cette conjoncture internationale défavorable, contrairement aux ennemis de notre intégrité territoire pour lesquels l’affaire du Sahara est une bouée de sauvetage face à la contestation populaire qui ne cesse de réclamer une vie digne. 

L’initiative Royale, comme le  confirme , le Concept Royal du Développement   , émancipe  l’Homme avant le territoire  et  demeure  tournée vers l’action, dont chaque mot sonne un cri du cœur. Elle se veut ainsi un agenda et une contribution pour la réalisation effective des  objectifs du développement humain. 

Agenda  pour faire  valoir l’esprit de la glorieuse Marche Verte,   lequel esprit  a fait émerger le génie marocain.

Contribution, sans complaisance mais avec un souci permanent de vérité et de rigueur inclusive . Contribution à la définition d’un agenda pour faire du Maroc un pays émergent, respecté et debout. 

43 ans donc  après la Marche Verte, le Maroc  est fier d’être cité parmi les économies les plus dynamiques dans la partie Sud de la Méditerranée, au moment où les obstructionnistes continuent dans l’œuvre belliqueuse envers le Maroc qui, lui, a décidé de se concentrer sur le sujet, et continuer l’œuvre entamée, celle de la construction et du développement tous azimuts .